Titre original Tepenin Ardı
Date de sortie 10 avril 2013
Avec Tamer Levent , Reha Ozcan , Mehmet Ozgur
Distributeur Memento Films Distribution
Année de production 2013
Pays de production TR
Genre Drame

Synopsis

Au pied de collines rocheuses, Faik mène une vie de fermier solitaire avec son métayer et sa femme. Quand arrivent de la ville son deuxième fils et ses petits-enfants, il les met en garde contre les nomades qui traversent la région. Tandis que se déroulent les vacances, la menace rôde, silencieuse et invisible.

Offres VOD de Derrière la Colline

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances de Derrière la Colline

Photos de Derrière la Colline

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Derrière la Colline

Derrière la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Derriere la colline

Critiques de Derrière la Colline

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Dès les premières scènes, une angoisse s’insinue lorsque Faik constate que son poulailler a été attaqué – par « les nomades » ou par une fouine ? Une vue en plongée induit une surveillance, un bâton frappant des arbustes révèle une violence... Avec son décor rocheux et aride filmé en sublimes plans larges très composés, Derrière la colline démarre comme un « western » où la peur d’être assiégée par un ennemi invisible soude une communauté. Mais plus la caméra cerne les visages et plus ils sont traversés par des sentiments diffus (jalousie, colère, mépris...). Un coup de feu tue un chien, un autre blesse un homme, une salve décime un troupeau de moutons. D’illusions en folie, c’est l’âme
    des protagonistes qui soudain se dévoile. On pense au Désert des Tartares, de Zurlini, et à La Bible, de Huston, mais une ironie teintée d'absurde nappe l’ensemble, jusqu’à un final grandiose.