Toutes les critiques de Dark River

Les critiques de la Presse

  1. par Anouk Féral

A la mort de leur père, Alice retrouve son frère Joe. La ferme familiale est en jeu, les tensions éclatent autour de l’héritage. Clio Barnard (Le géant égoïste) s’empare sans sentimentalisme de ce marronnier des crispations familiales qu’elle situe dans le Yorkshire agricole. Une terre dont elle vient et qu’elle filme admirablement. Si la difficile relation sœur/frère, deux asociaux, est l’épine dorsale du film, on retient surtout l’atmosphère étouffante de cette campagne belle et pourtant âpre. La cinéaste croise en filigrane l’idée du corps d’Alice (Ruth Wilson) injustement colonisé dans l’enfance par un père incestueux, avec cette terre que des promoteurs veulent arracher aux éleveurs. Tels deux animaux tout droits sortis d’un onirisme rural à la Brontë, la sœur et le frère se guettent, se battent et se rebiffent, tantôt l’un contre l’autre, tantôt l’un avec l’autre.