Date de sortie 17 décembre 2014
Durée 108 mn
Réalisé par Rolf de Heer
Avec David Gulpilil , Peter Djigirr , Luke Ford
Scénariste(s) Rolf de Heer, David Gulpilil
Distributeur Nour Films
Année de production 2013
Pays de production Australie
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Habitant dans une communauté aborigène éloignée au nord de l’Australie, Charlie est unguerrier qui n’est plus au mieux de sa forme. Au fur et à mesure que le gouvernementrenforce son contrôle sur la manière de vivre traditionnelle de la communauté, Charlie seperd entre deux cultures. Sa nouvelle vie moderne lui offre un moyen de survivre, mais c’estune vie sur laquelle il n’a aucun pouvoir. Après la confiscation de son fusil, de sa lancerécemment façonnée et de la jeep de son meilleur ami, Charlie en a assez et s’en va toutseul dans la brousse pour suivre l’ancien mode de vie. Cependant, Charlie ne pouvait pasprévoir où son voyage allait l’emmener, ni dans quelle mesure la vie a changé depuis lestemps anciens.

Offres VOD de Charlie's Country

CANAL VOD HD SD CANAL VOD 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Toutes les séances de Charlie's Country

Photos de Charlie's Country

DR
DR
Nour Films / Hopscotch Films
Nour Films / Hopscotch Films
Nour Films / Hopscotch Films
Nour Films / Hopscotch Films
Nour Films / Hopscotch Films

Charlie’s Country

Charlie's Country

Charlie's Country

David Gulpilil

Charlie's Country

David Gulpilil

Charlie's Country

Peter Minygululu, David Gulpilil

Charlie's Country

David Gulpilil

Charlie's Country

Fiona Lanyon (Pc Monica), David Gulpilil, Luke Ford

Critiques de Charlie's Country

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Le "pays de Charlie", l’Australie, appartient désormais à l’homme blanc qui réglemente tout : la consommation d’alcool et de tabac, le port d’armes et le permis de conduire des Aborigènes. Ce constat sans appel, Rolf De Heer en a écrit le scénario avec son acteur fétiche alors que celui-ci purgeait une peine de prison. Il y a donc beaucoup de la réalité de David Gulpilil dans cette fiction aux allures de documentaire. Ni héros ni victime, Charlie est à la fois dépossédé de tout et responsable de ses actes, errant entre deux mondes, l’ancien et le moderne, épuisant le peu d’options qui lui restent. Gulpilil porte toute sa vie sur son visage magnifié par une barbe fournie et d’épais cheveux blancs, toute son énergie dans une silhouette élancée et noueuse. À lui seul, il est le film. De tous les plans (lumière et cadre sont superbes), de toute son âme, il fait de "Charlie’s Country" un poème, un manifeste et un étonnant objet de cinéma.