Titre original Ce que le jour doit à la nuit
Date de sortie 12 septembre 2012
Réalisé par Alexandre Arcady
Avec Nora Arnezeder , Anne Parillaud , Vincent Perez
Scénariste(s) Daniel SAINT-HAMONT, Alexandre Arcady, Blandine Stintzy
Distributeur Wild Bunch
Année de production 2012
Pays de production FR
Producteurs Alexandre Arcady Inigo Lezzi
Genre Film historique, Romance
D’après l’œuvre de Yasmina Khadra

Synopsis

L'itinéraire, des années 1930 à nos jours, d'un Algérien au destin jalonné de tragédies. Issu d'une famille de paysans ruinés, Younes est arraché à sa mère à l'âge de 9ans, et confié à son oncle, un notable d'Oran. Marié à une Française, l'homme rêve d'offrir une vie meilleure à son charmant neveu. Rebaptisé Jonas, Younes intègre alors la jeunesse pied-noire de l'Algérie des années 1950. La douceur de son existence sera bientôt troublée par les conflits agitant le pays.

Offres VOD

Videofutur SD Videofutur 9.99  € Acheter
MYTF1VOD SD MYTF1VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
SFR SD SFR 2 € Louer
CANAL VOD HD SD CANAL VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer

Photos

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Ce que le jour doit à la nuit

Ce que le jour doit à la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Affiche Française

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Ce que le jour doit a la nuit

Critiques

  1. Première
    par Antoine Prioul

    Avec cette fresque pleine d’action, de larmes et de nostalgie sur les liens passionnels qui unissent pieds-noirs et Algériens, Arcady lorgnait vers Il était une fois en Amérique. Le problème, c’est que le réalisateur du Grand Pardon est à Sergio Leone ce que Richard Clayderman est à Mozart. En témoigne ce nanar besogneux, étouffant de lyrisme grumeleux, qui bascule au bout de trois plans dans une parodie involontaire de saga estivale très très longue, mais aussi très très poilante – surtout les scènes avec Anne Parillaud, en Milf (Mother I’d Like to Fuck) sexy.