Date de sortie 23 septembre 2015
Durée 83 mn
Réalisé par Pascal Tessaud
Avec Ra-fal Uchiwa , Jalil Naciri , Liliane Rovère
Scénariste(s) Pascal Tessaud
Distributeur UFO Distribution
Année de production 2015
Pays de production FR

Synopsis

Coralie, jeune rappeuse suisse de 22 ans se produisant sous le nom de Brooklyn, quitte son pays et un père qui ne la comprend plus, pour s’installer à Paris. Logée chez Odette, une retraitée, elle trouve un petit job dans une association musicale de Saint-Denis, en banlieue parisienne. Lors d’une soirée slam, elle est poussée sur scène par l’un des animateurs. D’abord hésitante, elle conquiert son public et tape dans l’œil d’Issa, jeune rappeur, l’étoile montante de la ville…

Offres VOD

UniversCiné SD HD UniversCiné 4.99 € Louer 14.99  € Acheter
Nolim Films HD SD Nolim Films 2.99 € Louer 6.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 5.99 € Louer 11.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 7.99  € Acheter

Critiques

  1. Première
    par Isabelle Danel

    Aspirante rappeuse suisse, Coralie débarque à Paris, où elle trouve une chambre chez une retraitée et un boulot dans une association à Saint-Denis. Là, son talent pour la musique et les mots lui donne vite l’occasion de se produire sur scène. L’héroïne est interprétée par une authentique rappeuse doublée d’une comédienne-née (KT Gorique). Elle est entourée d’adeptes du free-style et d’acteurs aguerris tels Jalil Naciri ou Liliane Rovère, qui crée un monde à elle seule. La banlieue vue de l’intérieur, sans clichés ; le hip-hop comme art (de vivre)... Tourné à l’arrache, ce premier long métrage en forme de parcours initiatique est empreint d’une énergie communicative. Une réussite.

  2. Première
    par Sylvestre Picard

    Eilis, une jeune irlandaise, débarque à New York. Nous sommes en 1952. Elle se retrouve tiraillée à la fois entre deux prétendants et deux pays, le sien et les États-Unis. Les couleurs pastel, la narration douce, la réalisation proprette de John Crowley et la photographie d’Yves Bélanger (chef opérateur des mélos aveuglants de Jean-Marc Vallée) donnent à Brooklyn l’apparence d’un reportage rétro et mignon, tiré tout droit d’un numéro du magazine Life sur l’immigration irlandaise des années 50. Il est transcendé par l’interprétation fragilement modeste et d’une incroyable retenue de cette jeune fille à l’aube de sa vie adulte. Saoirse Ronan n’a pas volé sa nomination à l’Oscar