Date de sortie 24 septembre 2014
Réalisé par Jean-Michel Ribes
Avec Chantal Neuwirth , Didier Bénureau , Christian Pereira
Scénariste(s) Jean-Marie Gourio, Jean-Michel Ribes
Distributeur Diaphana
Année de production 2014
Pays de production FR
Producteurs Dominique Besnehard Michel Feller Jean-Michel Ribes
D’après l’œuvre de Jean-Marie Gourio

Synopsis

Une journée de la vie du Café L’Hirondelle, sur une petite place de banlieue, en face d’un cimetière. De l’ouverture à 6h30 du matin jusqu’à la fermeture à 22h30, les clients entrent, boivent, parlent, sortent, rerentrent, re-boivent et reparlent de plus belle. Ils composent un drôle d’opéra parlé, une musique tendre et cocasse, un cantique de pensées frappées au coin du plaisir d’être ensemble, un verre de vin blanc à la main. Le génie populaire danse.Adaptation de l'oeuvre de Jean-Marie Gourio

Dernières News

Pourquoi les stars de Brèves de comptoir trinquent-elles avec un verre vide ?

Montrer de l'alcool sur une affiche de film est interdit par la loi Evin.

Photos

Brèves de Comptoir

Critiques

  1. Première
    par Isabelle Danel

    De 6h30 à 22 h30, à L’Hirondelle, le bistrot près du cimetière, les clients commandent à boire et dissertent sur la vie, la mort, le racisme, l’alcoolisme, la solitude ou les pâtes à l’ail...
    Succès de librairie et instants de télé immortalisés par Jean Carmet dans "Palace", les "Brèves de comptoir" de Jean-Marie Gourio ont aussi fait recette sur scène avant d’atterrir au cinéma. De ces perles, savoureuses quand elles sont distillées avec parcimonie, Ribes fait des colliers. Il les enfile une à une et les sert sur un plateau à soixante-quinze acteurs français qui se succèdent devant la caméra. Ça pourrait ressembler à un vrai feu d’artifice (oh la belle rouge, ah, la belle bleue!). Mais une telle accumulation fait plutôt l’effet d’un pétard mouillé. Les dialogues s’annulent les uns les autres dans un décor unique toutefois réussi où la mort rôde en raison de la proximité du cimetière. François Morel, déguisé en troubadour, vient proférer quelques revendications catégorielles, Yolande Moreau écarquille les yeux, Chantal Neuwirth entame une petite danse pataude et émouvante et la poésie s’invite parfois brièvement. Le reste du temps, quand un ange passe, il est de pierre.