Bird People

Bird People

Internautes
0

Aucun vote pour le moment

Première
2.5

(1 critique)
Presse
3.10345

(29 critiques)
Votre avis

La critique de Premiere
2.5

Stephanie Lamome
2.5

Des gens dans le RER, le fourmillement de la foule, un microcosme (l’aéroport et ses chaînes d’hôtels internationales où l’anonymat a quelque chose de terrifiant tant l’appel du néant est prégnant) saisi dans un no man’s land transitoire... Au début, on pense à Gare du Nord, de Claire Simon, puis Pascale Ferran se fixe sur deux personnages. Un Américain toujours entre deux avions et une femme de ménage à mi-temps toujours entre deux chambres à nettoyer... La réalisatrice filme une sorte de purgatoire où les êtres restent coincés dans une antichambre capitonnée où personne ne les
entendra crier. Gary et Audrey préfèrent encore faire le choix du saut dans le vide, chacun à leur façon : il plaque tout, elle se prend littéralement pour Peter Pan. C’est là que le film emprunte un chemin de traverse fantastique qui peut laisser sur le carreau ou faire pousser des ailes.

Les autres avis de la presse (29)
3.10345

Le JDD
(Stéphanie Belpêche)
3.75

Une ode à la liberté à la fois intense et onirique, dont on ne ressort pas indemne.

Toutlecine.com
(La rédaction de Toutleciné.com)
2.5

Bird people, fable portée par la merveilleuse Anaïs Demoustier et le charmant Josh Charles. Un film qui prend place dans un univers particulier auquel on adhère, ou pas, mais qui surprend.

TLC - Toute la Culture
(Olivia Leboyer)
3.75

A mi-chemin entre l’observation sociologique et le conte merveilleux, Pascale Ferran réussit un film volontairement hybride, par moments assez maladroit (trop de dialogues pour certains plans, où le silence aurait peut-être suffi), où l’humour, la pirouette, tiennent également une place. Pleinement assumée, l’incursion dans le merveilleux fonctionne si le spectateur accepte de se laisser porter. Et la dernière scène, très simple, émeut.

CinémaTeaser
(Emannuelle Spadacenta)
2.5

Un film insaisissable à la beauté folle.

Libération
(Didier Péron)
2.5

Le film à thèse est intégralement pulvérisé en son cœur pour devenir pure figure, simple respiration.

Le Monde
(Franck Nouchi)
3.75

Fidèle à son titre, le film de Pascale Ferran donne une furieuse envie sinon de s'envoler, du moins de voler. Inutile d'en révéler davantage, sinon qu'il y a là des numéros d'acteurs-oiseaux sans doute jamais vus auparavant dans toute l'histoire du cinéma.

Télérama
(Jacques Morice)
5

Les films providentiels sont plus rares qu'on ne le dit. Bird People est de ceux-là. S'il tombe ainsi à point nommé, c'est parce qu'il nous procure un bien fou sans être aveugle sur son époque

Version Femina
(Valérie Robert)
2.5

De surprises en rebondissements, cet étrange objet déroute ou peut envoûter quand on se laisse emporter par sa grâce singulière.

Culture box by france Tv
(Pierre-Yves Grenu)
3.75

Un film inclassable, poétique et très urbain à la fois.

A voir à lire
(Frédéric Mignard)
3.75

Huit ans après Lady Chatterley, Pascale Ferran revient avec une oeuvre épatante d’originalité dans une filmographie décidément inébranlable.

Elle
(Helena Villovitch)
2.5

Puissant comme un avion, léger comme un moineau, ce film est un cadeau.

Critikat.com
(Raphaëlle Pireyre)
3.75

Pascale Ferran décompose le mouvement de l’oiseau et fige l’image pour faire voisiner un récit sur la modernité des moyens de communication avec le rappel de l’étymologie du terme cinématographe : écrire le mouvement.

StudioCiné Live
(Fabrice Leclerc)
3.75

Un film magistral. Puis anecdotique. Un demi très grand film, donc.

A nous Paris
(Fabien Menguy)
1.25

Voici le délire pseudo-intello-poétique raté que l’on doit à Pascale Ferran (Lady Chatterley). Un conte social où, certes, le portrait cadre en plein de burn-out convainc, mais dont les envolées fantastiques et fantasques nous donnent l’impression d’être pris pour des pigeon

Ecran Large
(Geoffrey Creté)
2.5

La magie ne prend pas tout à fait, mais magie il y a.

20 Minutes
(Caroline Vié)
3.75

Ce poème radieux nous donne des ailes aux côtés de Josh Charles (vu dans « The Good Wife ») et Anaïs Demoustier.

Le Figaro
(Nathalie Simon)
1.25

Libre ou pas au spectateur de s'embarquer avec elle. Nous, on est resté sur le tarmac. Reste deux acteurs convaincants. Anaïs Demoustier, que l'on reverra dans Au fil d'Ariane, de Robert Guédiguian (le 18 juin), est pleine de retenue et démontre pour l'occasion une grâce toute aérienne.

L'Express
(Christophe Carrière)
1.25

Après une première partie prometteuse, le film de Pascale Ferran bascule dans une métaphore fantastique qui ne parvient pas à captiver le spectateur.

Les Fiches du cinéma
(La redaction de Les Fiches du Cinema)
3.75

Deux personnages reconquièrent leur part d’humanité dans le contexte oppressant de modernité d’un aéroport. Un film en même temps conceptuel et fantaisiste, bourré tout à la fois de connexions intelligentes et d’imprévisibles élans humains.

Gala
(Carlos Gomez)
3.75

Un joli film, séduisant, qui se démarque de la production française avec une touchante Anaïs Demoustier.

L'Humanité
(Vincent Ostria)
1.25

L'essentiel se déroule dans un hôtel de Roissy, où les banals tourments d'un chef d'entreprise américain et les questionnements naïfs d'une femme de chambre ne parviennent pas à fournir une épine dorsale à cette chronique aéroportuaire fort volatile.

Les Inrocks
(Serge Kaganski)
3.75

Pascale Ferran était attendue depuis "Lady Chatterley", déjà huit ans (...). Elle signe un très beau retour avec ce film en deux chapitres qui mêle réalisme et fantastique. Un film doublement coupé en deux.

La Croix
(Arnaud Schwartz)
2.5

Huit ans après Lady Chatterley , la cinéaste revient avec un film audacieux et déconcertant, sur le thème très contemporain de l’accélération du temps.

Marianne
(Danièle Heymann)
3.75

On attendait Pascale Ferran depuis sa "Lady Chatterley" (...) Elle revient avec "Bird People", et dans son audacieuse métaphore du ras-le-bol quotidien, la grâce est avec elle.

Metro
(Marilyne Letertre)
3.75

Après une première moitié réaliste et concrète, "Bird People" change radicalement de ton et se mue ainsi en conte d’apprentissage poétique et fantastique en s’accrochant aux ailes d’un volatile.

Paris Match
(Yannick Vely)
2.5

Pascale Ferran réussit là un tour de magie qui nous laisse amoureux de la vie et d’Anaïs Demoustier, le sourire aux lèvres, sifflotant du David Bowie…

Positif
(Dominique Martinez)
3.75

La rupture, la possibilité d'une transformation sont au centre du film. Le scénario se jette dans le fantastique, mais la mise en scène reste ancrée dans le réalisme. Pas d'effets spéciaux (...), ni de sorcellerie mystérieuse (...) Une fiction ambitieuse.

(David Fontaine)
2.5

Ce film original, si ce n'est farfelu, hésite entre fable animalière et conte social, et sautille sur place comme un oisillon revenu bredouille de la Quinzaine des réalisateurs, à Cannes.

Cinenews.be
(Sophie Rizzi)
5

Après une première partie réaliste, le film se mue en un conte poétique et fantastique. « Bird People » sort des schémas classiques et s’adresse à un public amateur d’atmosphère et d’images insaisissables.

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Box-office

Sur la période du 14/02 au 20/02 2018
En collaboration avec CBO

18%
Nombre d'entrées: 
1 058 869
Cumul des entrées: 
1 058 869

15%
Nombre d'entrées: 
919 156
Cumul des entrées: 
4 374 164

affiche_cinquante_nuances_plus_claires.jpg
Films liés: 
Cinquante Nuances de Grey
Cinquante Nuances plus Sombres
13%
Nombre d'entrées: 
760 074
Cumul des entrées: 
2 017 724

11%
Nombre d'entrées: 
645 550
Cumul des entrées: 
1 396 590

9%
Nombre d'entrées: 
556 836
Cumul des entrées: 
556 836

PREMIÈRE ACTUS