Date de sortie 16 janvier 2019
Durée 100 mn
Réalisé par Sergey Dvortsevoy
Avec Samal Yeslyamova , Zhipargul Abdilaeva , David Alavverdyan
Scénariste(s) Sergey Dvortsevoy, Gennadiy Ostrovskiy
Distributeur ARP Selection
Année de production 2018
Pays de production KAZAKHSTAN
Genre Drame
Couleur Couleur

Synopsis

Ayka vient d'accoucher. Elle n'a pas de travail, trop de dettes à rembourser, même pas une chambre à elle. Elle ne peut pas se permettre d'avoir un enfant. Mais c'est compter sans la nature, qui reprendra ses droits.

Infos de la rédaction

Ce film est sélectionné en compétition dans le cadre du 71e festival de Cannes.

Offres VOD

Pas d'offres actuellement.

Toutes les séances

Dernières News sur Ayka

Cannes 2018 : Ayka, odyssée brutale et glaciale (critique)

Ayka est en compétition pour la Palme d'or 2018.

Photos

GALERIE
Festival de Cannes 2018
GALERIE
ARP Sélection / Kinodvor / ZDF / Pallas Film / Otter Films / Juben Pictures / Eurasia Film Production / Polski Instytut Sztuki Filmowej
GALERIE
ARP Sélection / Kinodvor / ZDF / Pallas Film / Otter Films / Juben Pictures / Eurasia Film Production / Polski Instytut Sztuki Filmowej
GALERIE
GALERIE
GALERIE

Ayka, extrait

Ayka, extrait

Samal Yeslyamova (Ayka)

Samal Yeslyamova (Ayka)

Samal Yeslyamova (Ayka)

Samal Yeslyamova (Ayka)

Critiques

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Ayka retrace le calvaire d’une immigrée kirghize dans un Moscou glacial, hostile et violent. Après avoir abandonné son enfant nouveau-né, l’héroïne (impressionnante Samal Yeslyamoca, visage fermé, bloc de détermination et de colère rentrée, primée à Cannes) rejoint le squat surpeuplé où elle survit, avant d’enchaîner des petits boulots ingrats qui lui permettront de rembourser l’argent qu’elle doit à des mafieux. Sergey Dvortsevoy (Tulpan) lève le voile sur un outremonde inhumain, où les animaux, nous dit-il, sont mieux traités que les hommes. La radicalité de la mise en scène condamnant le spectateur à l’apnée (une caméra portée qui ne lâche pas l’actrice d’une semelle) impressionne d’abord, avant qu’on réalise que le systématisme de ce néo-Rosetta ne débouche jamais sur autre chose que la sensation d’étouffement produite par son dispositif claustro.