Toutes les critiques de Au Fil d'Ariane

Les critiques de Première

  1. Première
    par Hendy Bicaise

    Robert Guédiguian avait déjà écrit des « contes », comme Marius et Jeannette ou À l’attaque !, mais jamais de « fantaisie ». C’est désormais le cas avec ce film où le non-sens prime sur la morale
    et l’impondérable sur tout déterminisme social. Une légèreté de ton et d’écriture qui donne l’impression qu’Au fil d’Ariane est tissé de proche en proche. L’errance lunaire de l’héroïne, immergée dans une nouvelle communauté, rappelle alors au mieux Kaurismäki, au pire les derniers Mocky. Mais sans la ferveur humaniste de l’un ni les velléités anarchistes de l’autre. Le cinéaste y ménage tout le monde, des banlieusards les plus endormis aux voyageurs les plus rêveurs. Film facile donc, voire mineur. Seulement, les fans de Guédiguian seraient bien capables de l’ériger un jour au rang de chef-d’oeuvre incompris, à la fois détonant et cohérent dans son cinéma, comme ce fut le cas pour ces deux autres échappées salutaires que sont Les Savates du bon Dieu, de Brisseau, et Coup de coeur, de Coppola. Verdict dans vingt ans.

Les critiques de la Presse

  1. Le Canard Enchainé
    par David Fontaine

    Le cinéaste Robert Guédiguian se montre plus libre que jamais, dans cette "fantaisie" en forme de portrait amoureux d'Ariane Ascaride, sa compagne...

  2. A voir à lire
    par Jean-Claude Arrougé

    Une fantaisie de Robert Guédiguian, où le cinéaste retrouve les lieux marseillais qu’il affectionne et son fidèle petit monde. Une comédie sympathique et loufoque qui se regarde avec un certain plaisir.

  3. Le Parisien
    par Pierre Vavasseur

    Les adeptes du rêve eveillé, les poètes, les clowns qui s'ignorent goûteront à tous les reflets irisés de cette parenthèse enchantée. Mais on peut comprendre que d'autres soient allergiques à ce type de récit.

  4. Libération
    par Bruno Icher

    Personne ne pourra en vouloir à Robert Guédiguian, et à la troupe qui l'accompagne, d'avoir tenté une escapade sur le terrain même où un public fidèle les attend [...] sauf que l'entreprise se prend les pieds dans le tapis...

  5. Télérama
    par Télérama Télérama

    [...] un film mineur, revendiqué comme tel, qui musarde et divague. Une parenthèse savoureuse, malgré ses maladresses. En raison même de ses maladresses, a-t-on envie de dire, synonymes ici de candeur ­retrouvée.

  6. Le Monde
    par Isabelle Regnier

    Tout cela serait d'une effroyable mièvrerie si le film se prenait au sérieux, mais c'est le contraire. Bon enfant, généreuse, gentiment fantasque, cette fable n'est rien de plus qu'une célébration. Ce qui n'est pas non plus tout à fait rien.

  7. Télé 7 jours
    par Laurent Djian

    Malgré une fantaisie un rien forcée, l'émotion affleure. Un film également en forme de déclaration d'amour à Ariane Ascaride, l'actrice fétiche du réalisateur, sa muse, la femme de sa vie.

  8. Toutlecine.com
    par La rédaction de Toutleciné.com

    Au Fil d'Ariane est beaucoup trop ennuyeux pour être divertissant et beaucoup trop creux pour se ranger dans le si mal aimé genre des films d'auteurs. Une seule question demeure dans la salle obscure : Qu'est ce qu'on fait encore là ?

  9. Le Figaro
    par Nathalie Simon

    Avec Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin et Gérard Meylan, Robert Guédiguian retrouve ses acteurs préférés dans sa ville fétiche, Marseille. Mais les entraîne dans un conte inconsistant.

  10. Critikat.com
    par Julien Marsa

    Une fantaisie qui, sous couvert d’une fable du bon sens un peu vieillotte, est rattrapée par un conformisme qui semble arriver après la bataille, prenant acte de manière insidieuse de tout ce qu’il souhaiterait dénoncer.