Titre original Au fil d'Ariane
Date de sortie 18 juin 2014
Réalisé par Robert Guédiguian
Avec Ariane Ascaride , Jacques Boudet , Jean-Pierre Darroussin
Scénariste(s) Robert Guédiguian, Serge Valletti
Distributeur Diaphana
Année de production 2014
Pays de production FR
Genre Film fantastique

Synopsis

C’est le jour de son anniversaire et Ariane est plus seule que jamais dans sa jolie maison.Les bougies sont allumées sur le gâteau. Mais les invités se sont excusés… Ils ne viendront pas. Alors elle prend sa jolie voiture et quitte sa jolie banlieue pour se perdre dans la grande ville…

Offres VOD

UniversCiné SD UniversCiné 7.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter

Photos

DR
DR
DR
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana
Diaphana

Au Fil d'Ariane

Au fil d'Ariane

Au fil d'Ariane

Au fil d Ariane

Au fil d Ariane

Au fil d Ariane

Au fil d Ariane

Au fil d Ariane

Au fil d Ariane

Au fil d Ariane

Au fil d Ariane

Au fil d Ariane

Au fil d Ariane

Au fil d Ariane

Au fil d Ariane

Au fil d Ariane

Affiche Française

Au fil d Ariane

Critiques

  1. Première
    par Hendy Bicaise

    Robert Guédiguian avait déjà écrit des « contes », comme Marius et Jeannette ou À l’attaque !, mais jamais de « fantaisie ». C’est désormais le cas avec ce film où le non-sens prime sur la morale
    et l’impondérable sur tout déterminisme social. Une légèreté de ton et d’écriture qui donne l’impression qu’Au fil d’Ariane est tissé de proche en proche. L’errance lunaire de l’héroïne, immergée dans une nouvelle communauté, rappelle alors au mieux Kaurismäki, au pire les derniers Mocky. Mais sans la ferveur humaniste de l’un ni les velléités anarchistes de l’autre. Le cinéaste y ménage tout le monde, des banlieusards les plus endormis aux voyageurs les plus rêveurs. Film facile donc, voire mineur. Seulement, les fans de Guédiguian seraient bien capables de l’ériger un jour au rang de chef-d’oeuvre incompris, à la fois détonant et cohérent dans son cinéma, comme ce fut le cas pour ces deux autres échappées salutaires que sont Les Savates du bon Dieu, de Brisseau, et Coup de coeur, de Coppola. Verdict dans vingt ans.