Date de sortie 26 novembre 2014
Durée 82 mn
Réalisé par Louis Clichy, Alexandre Astier
Scénariste(s) Alexandre Astier, Philip LaZebnik, Jean-Rémi François
Distributeur SND
Année de production 2014
Pays de production France
Genre Film d'animation
Couleur Couleur

Synopsis

Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ ; toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non ! Car un village peuplé d'irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur.Exaspéré par la situation, Jules César décide de changer de tactique : puisque ses armées sont incapables de s’imposer par la force, c’est la civilisation romaine elle-même qui saura  séduire ces barbares Gaulois. Il fait donc construire à côté du village un domaine résidentiel luxueux destiné à des propriétaires romains. : « Le Domaine des Dieux  ».Nos amis gaulois résisteront-ils à l’appât du gain et au confort romain ? Leur village deviendra-t-il une simple attraction touristique ?Astérix et Obélix vont tout faire pour contrecarrer les plans de César.D’après l’œuvre de René Goscinny et Albert UderzoExiste en version 3D

Offres VOD

Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
UniversCiné SD HD UniversCiné 4.99 € Louer
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 3.99 € Louer
FilmoTV HD FilmoTV 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Dernières News

Alexandre Astier : "L'âme d'Astérix, c'est quelque chose de fragile"

Rencontre avec Alexandre Astier pour parler du Domaine des Dieux.

Le Secret de la Potion Magique : Le prochain Astérix a un titre et un synopsis

Alexandre Astier imagine une aventure inédite animée par Louis Clichy.

Photos

Astérix - Le Domaine des Dieux

Critiques

  1. Première
    par François Grelet

    Malgré les budgets délirants, les castings all-stars et, parfois, l’envie de bien faire, on n’y a jamais cru une seconde à leur village gaulois en carton-pâte, à leurs sangliers en images de synthèse approximatives et à leurs bastons sous potion façon Bud Spencer et Terence Hill. Obsédé par l’idée de rendre justice à la verve de Goscinny, chaque Astérix finissait par laisser complètement sur le bord de la route l’imagerie pop et speedée imaginée par Uderzo. Ayant opté pour une animation en CGI 3D dynamique et rutilante, Alexandre Astier et Louis Clichy (ex-animateur chez Pixar) ont contourné d’un coup le problème majeur des adaptations de la BD au cinéma en nous donnant justement l’impression qu’on regarde une adaptation d’Astérix et pas, au hasard, un épisode du "Plus Grand Cabaret du monde". Ici, en une scène, qui arrive juste après le générique, tout est au point : le design en rondeur des personnages, les vignettes péplum, le rendu paradisiaque de la forêt armoricaine, l’impression de vitesse supersonique dès qu’on s’envoie une rasade de potion… Bref, les deux superstars gauloises bougent enfin devant nos yeux. Et il aura donc fallu attendre 2014 pour concrétiser ce petit fantasme de cinéma. L’autre bonne nouvelle, c’est qu’Astier s’est démené pour le script, prêtant allégeance à l'efficacité de l’histoire originale, aux running gags attendus ("Qui est gros ?") et aux vannes de Goscinny, tout en se fendant d’une vision particulièrement bien sentie du personnage d’Obélix. Constamment observé à travers les yeux d’un môme à la fois apeuré et fasciné, le ventru Gaulois prend une dimension mythologique, devenant soudainement un véritable enjeu de cinéma (quelque part entre Hercule, Superman et Winnie l’ourson), à peine esquissée dans l’oeuvre originale. C’est dans cette passionnante relecture d’un héros connu de tous que le boulot d’Astier trouve sa légitimité et que la commande (car c’en est une) prend une tournure hautement personnelle. De l’auteur de Kaamelott, on avait jusque-là retenu son aisance pour le verbe qui claque et la joute orale qui fait mouche – qu’on retrouve ici avec plaisir – mais surtout cette capacité à faire décoller la pastille comique vers des territoires inattendus, à la fois sensibles et épiques. Son "Domaine des Dieux" est fait de ce bois-là, zigzaguant entre cartoon trépidant, sitcom en braies, poussées mélo et purs moments d’héroïsme qui nous scotchent à notre fauteuil (ce climax, bon sang !). C’est à la fois un vrai film d’auteur et un bon morceau de cinéma populaire, et ça donne surtout l’impression qu’Astier et Clichy ont trouvé la recette de la potion magique. Suffisait juste de la demander à Obélix.