Date de sortie 7 octobre 2015
Durée 100 mn
Réalisé par Samuel Benchetrit
Avec Isabelle Huppert , Gustave Kervern , Valéria Bruni Tedeschi
Scénariste(s) Samuel Benchetrit, Gabor RASSOV
Distributeur Paradis Films
Année de production 2015
Pays de production FR
Producteurs Ivan TAIEB

Synopsis

Un immeuble dans une cité. Un ascenseur en panne. Trois rencontres. Six personnages. Sternkowtiz quittera-t-il son fauteuil pour trouver l’amour d’une infirmière de nuit ? Charly, l’ado délaissé, réussira-t-il à faire décrocher un rôle à Jeanne Meyer, actrice des années 80 ? Et qu’arrivera-t-il à John McKenzie, astronaute tombé du ciel et recueilli par Madame Hamida ?Adaptation de l’autobiographie Les chroniques de l'asphalte

Offres VOD

UniversCiné HD SD UniversCiné 3.99 € Louer 13.99  € Acheter
Nolim Films HD SD Nolim Films 10.99  € Acheter
MYTF1VOD HD SD MYTF1VOD 11.99  € Acheter
Videofutur SD Videofutur 4.99 € Louer 7.99  € Acheter
FNAC HD SD FNAC 9.99  € Acheter
Orange SD HD Orange 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV HD FilmoTV 7.99  € Acheter

Photos

Asphalte

Asphalte

Critiques

  1. Première
    par Eric Vernay

    Comme "Piège de cristal", c’est un "film de tour". Mais pas de Bruce Willis à l’horizon, hormis sur le poster d’une chambre d’ado. On est quelque part en France, dans une barre HLM noyée sous la grisaille. L’ascenseur tombe en rade. Le format de l’image est carré, le ton d’abord grinçant. Alors qu’on craint une collection de saynètes poseuses sur le mal-être des banlieues, le film mute joliment vers le burlesque, la romcom et le mélo, à travers trois rencontres improbables racontées simultanément. C’est parfois maladroit, mais toujours surprenant et attachant, à l’instar de cet astronaute américain affublé d’un maillot de l’OM, qui partage tranquillement son couscous avec une vieille dame.

  2. Première
    par Eric Vernay

    Comme Piège de cristal, c’est un "film de tour". Mais pas de Bruce Willis à l’horizon, hormis sur le poster d’une chambre d’ado. On est quelque part en France, dans une barre HLM noyée sous la grisaille. L’ascenseur tombe en rade. Le format de l’image est carré, le ton d’abord grinçant. Alors qu’on craint une collection de saynètes poseuses sur le mal-être des banlieues, le film mute joliment vers le burlesque, la romcom et le mélo, à travers trois rencontres improbables racontées simultanément. C’est parfois maladroit, mais toujours surprenant et attachant, à l’instar de cet astronaute américain affublé d’un maillot de l’OM, qui partage tranquillement son couscous avec une vieille dame.