Titre original Argo
Date de sortie 7 novembre 2012
Réalisé par Ben Affleck
Avec Alan Arkin , John Goodman , Ben Affleck
Scénariste(s) Chris Terrio
Distributeur Warner Bros Pictures France
Année de production 2012
Pays de production US
Producteurs George Clooney Grant Heslov
Genre Thriller

Synopsis

Le 4 novembre 1979, au summum de la révolution iranienne, des militants envahissent l'ambassade américaine de Téhéran et prennent 52 Américains en otages. Mais au milieu du chaos, six d'entre eux réussissent à s'échapper et à se réfugier au domicile de l'ambassadeur canadien. Sachant qu'ils seront inévitablement découverts et probablement tués, un spécialiste de l'exfiltration de la CIA du nom de Tony Mendez monte un plan risqué visant à les faire sortir du pays. Un plan si incroyable qu'il ne pourrait exister qu'au cinéma.

Dernières News

Audiences TV : L'Enquête corse en tête ; déception pour Argo

Le film à Oscar de Ben Affleck n'est même pas dans le trio de tête.

Pourquoi Argo a gagné l'Oscar du meilleur film ?

Il y a quatre ans, Michelle Obama annonçait la victoire d'Argo, de Ben Affleck. Le film revient ce soir sur France 2.

Casting

Alan Arkin
Lester Siegel
John Goodman
John Chambers
Ben Affleck
Tony Mendez
Bryan Cranston
Jack O'Donnell

Critiques

  1. Première
    par Mathieu Carratier

    La sortie de Gone Baby Gone, en 2007, avait été précédée d’une bonne dose de scepticisme. Ben Affleck derrière la caméra ? Lui, là, l’ex-wonderboy cramé par ses escapades people avec J-Lo ? Le pote prometteur de Matt Damon périmé par une série noire de navets inavouables ? Les vautours se pressaient autour de cette première réalisation, pensant s’en régaler comme du dernier sursaut d’un type condamné d’avance. Leur estomac en gargouille encore car, non seulement le film a conquis la critique, mais il a également offert
    à Affleck l’une des reconversions les plus spectaculaires qu’Hollywood ait connue. Avec The Town (2010) et maintenant Argo, l’acteur-réalisateur est passé du statut de has been radioactif à celui de metteur en scène nominé aux Oscars. En trois longs métrages exemplaires, le paria s’est mué en auteur polyvalent regardé comme le nouvel Eastwood à qui l’on soumet dorénavant tous les projets les plus juteux du moment. Affleck, malin, a retenu la leçon, ignorant cette cote de popularité soudaine pour se bâtir une seconde partie de carrière avec la modestie d’un artisan qui construit brique à brique la maison de ses rêves alors qu’on lui propose des gratte-ciel clés en main. Redoutable thriller politique doublé d’une reconstitution à la fois tendre et ironique du Hollywood de la fin des 70s, Argo invite Robert Altman chez Alan J. Pakula pour raconter un épisode incroyable mais vrai de la crise iranienne des otages. Ou comment un agent de la CIA s’est adjoint les services d’un producteur flamboyant et d’un pro des effets spéciaux afin de mener une opération d’exfiltration rocambolesque. Avec une virtuosité affolante, Affleck slalome entre les écueils d’un sujet casse-gueule, passe de l’absurde à la tension extrême en un mouvement de caméra – même si vous suiviez les JT en 1979 et que vous connaissez l’issue de la mission, on est prêts à parier que la dernière demi-heure vous collera au fauteuil. Contrairement à la majorité des films du genre sortis ces dernières années, Argo n’oublie pas que dans « thriller politique », il y a d’abord « thriller ». Et que dans Ben Affleck, il y a définitivement un brillant cinéaste.