Titre original Anonymous
Date de sortie 4 janvier 2012
Réalisé par Roland Emmerich
Avec Vanessa Redgrave , David Thewlis , Rhys Ifans
Scénariste(s) John Orloff
Distributeur Sony Pictures Releasing France
Année de production 2011
Pays de production US
Genre Drame, Film historique, Thriller

Synopsis

C’est l’une des plus fascinantes énigmes artistiques qui soit, et depuis des siècles, les plus grands érudits tentent de percer son mystère. De Mark Twain à Charles Dickens en passant par Sigmund Freud, tous se demandent qui a réellement écrit les œuvres attribuées à William Shakespeare. Les experts s’affrontent, d’innombrables théories parfois extrêmes ont vu le jour, des universitaires ont voué leur vie à prouver ou à démystifier la paternité artistique des plus célèbres œuvres de la littérature anglaise. A travers une histoire incroyable mais terriblement plausible, "Anonymous" propose une réponse aussi captivante qu’impressionnante. Au cœur de l’Angleterre élisabéthaine, dans une époque agitée d’intrigues politiques, de scandales, de romances illicites à la Cour, et de complots d’aristocrates avides de pouvoir, voici comment ces secrets furent exposés au grand jour dans le plus improbable des lieux : le théâtre…

Offres VOD

SFR SD SFR 2 € Louer
Videofutur SD Videofutur 1.99 € Louer 7.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 3.99 € Louer
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 2.99 € Louer 9.99  € Acheter
Nolim Films HD SD Nolim Films 7.99  € Acheter
FNAC SD FNAC 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
Orange SD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Photos

Anonymous

Casting

Vanessa Redgrave
la Reine Elizabeth
David Thewlis
le baron William Cecil
Rafe Spall
William Shakespeare

Critiques

  1. Première
    par Christophe Narbonne

    La théorie est séduisante, suggérant que William Shakespeare ne serait que le prête-nom d’un noble du XVIe siècle, à qui la bienséance et la prudence interdisaient de s’adonner à l’écriture. Thèse invalidée par la majorité des historiens mais digne des meilleures pièces de l’auteur d’Hamlet. (...) Très bien, mais que vient faire Roland Emmerich (Godzilla, 2012) dans tout ça ? Lui, le réalisateur-scénariste de films catastrophe plus ou moins indigestes. Lui encore, le Spielberg du pauvre, tout juste bon à inonder l’écran de vagues ou de monstres numériques. N’en jetez plus car, avec Anonymous, le cinéaste allemand prouve qu’il est capable de sublimer un beau sujet et de faire vivre des personnages complexes sur la durée. Il est aidé dans sa tâche par des acteurs en état de grâce : Rhys Ifans n’a jamais été aussi séduisant ; David Thewlis s’est rarement montré aussi retors ; l’immense Vanessa Redgrave, elle, joue sans fard (dans tous les sens du terme) devant une caméra traqueuse de rides disgracieuses. Emmerich, pour sa part, met enfin sa science des effets numériques au service de l’histoire, délivrant ici et là des plans graphiques majestueux. Il était temps que lui aussi révèle sa vraie nature, celle d’un artisan aussi appliqué qu’inspiré.