Titre original The Look of Love
Date de sortie 19 juin 2013
Réalisé par Michael Winterbottom
Avec Steve Coogan , Anna Friel , Imogen Poots
Scénariste(s) Matt Greenhalgh
Distributeur Pretty Pictures
Année de production 2013
Pays de production GB
Genre Comédie dramatique

Synopsis

Londres, 1958, Paul Raymond ouvre le « Raymond Revue Bar », théâtre et club privé où apparaissent des femmes dénudées au grand dam de l’Angleterre conservatrice.Producteur de revues dansantes, il devient éditeur de « Men Only », magazine pour adulte qui connaît un succès instantané. Roi de Soho, il acquiert un à un les immeubles du quartier, jusqu’à devenir l’homme le plus riche du Royaume en 1992.S’il mène sa carrière avec brio, sa vie personnelle n’est pas en reste: Paul Raymond est partagé entre Jean, sa femme jalouse, Fiona, sa maîtresse et star de sa revue, et sa fille Debbie qui aimerait suivre les traces de son père.

Offres VOD

Imineo SD HD Imineo 7.99  € Acheter
Montparnasse VOD SD Montparnasse VOD 2 € Louer
SFR SD SFR 2.99 € Louer
Videofutur SD Videofutur 2.99 € Louer 7.99  € Acheter
MYTF1VOD SD HD MYTF1VOD 3.99 € Louer 7.99  € Acheter
CANAL VOD SD HD CANAL VOD 3.99 € Louer 9.99  € Acheter
FilmoTV SD FilmoTV 2.99 € Louer 8.99  € Acheter
Orange HD SD Orange 2.99 € Louer 9.99  € Acheter

Photos

DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

A Very Englishman

A very english man

A very english man

 

A very english man

A very englishman

Affiche Française

A very Englishman

A very Englishman

A very Englishman

A very Englishman

A very Englishman

A very Englishman

A very Englishman

A very Englishman

A very Englishman

Casting

Steve Coogan
Paul Raymond
Anna Friel
Jean Raymond
Imogen Poots
Debbie Raymond
Tamsin Egerton
Fiona Richmond

Critiques

  1. Première
    par Frédéric Foubert

    Un bon biopic, c’est d’abord une question d’angle. Comment retracer le destin de Paul Raymond, pornographe superstar et champion de la provoc qui fut sacré « homme le plus riche du Royaume-Uni » en 1992 ? Michael Winterbottom a choisi de dresser le portrait d’un roi sans héritier, d’un bâtisseur d’empire qui réalisa au soir de sa vie qu’il n’avait
    personne à qui le léguer. Pourquoi pas. Le problème, c’est qu’à force de surjouer la tragédie, le réalisateur finit par jeter un voile sinistre et puritain sur une histoire qui fonctionne beaucoup mieux quand elle s’abandonne aux charmes de l’hédonisme cool et du kaléidoscope rétro. Heureusement que Steve Coogan, génie du rire anglais avec qui Winterbottom a mis en boîte quelques-uns de ses meilleurs films (The Trip, Tournage dans un jardin anglais, 24 Hour Party People…), est là pour constamment tirer le fi lm vers le haut. Sans lui
    et son abattage explosif, on tenait le Larry Flynt du pauvre.