Date de sortie 16 octobre 2013
Réalisé par Albert Dupontel
Avec Sandrine Kiberlain , Albert Dupontel , Nicolas Marié
Scénariste(s) Albert Dupontel, Laurent Turner
Distributeur Wild Bunch
Année de production 2013
Pays de production FR
Genre Comédie

Synopsis

Ariane Felder est enceinte ! C’est d’autant plus surprenant que c’est une jeune juge aux mœurs strictes et une célibataire endurcie. Mais ce qui est encore plus surprenant, c’est que d’après les tests de paternité, le père de l’enfant n’est autre que Bob, un criminel poursuivi pour une atroce agression ! Ariane qui ne se souvient de rien, tente alors de comprendre ce qui a bien pu se passer et ce qui l’attend...

Photos

9 Mois Ferme

Critiques

  1. Première
    par Gaël Golhen

    Au sein d’un cinéma français formaté, Albert Dupontel fait office de tornade salutaire. Un comique démolisseur dont le burlesque énervé fait péter les coutures du bon goût. Dans le genre, 9 Mois ferme, c’est du brutal. Son personnage borderline, son énergie, ses références (Buster Keaton et Tex Avery) passées à la centrifugeuse trash composent une forme de slapstick sous acide réjouissant. L’idée de génie est d’avoir placé Sandrine Kiberlain au coeur du dispositif. Elle décroche enfin son grand rôle comique, véritable mécanique de précision, contrepoint frigide à une partition foutraque. Foutraque mais pas vaine car, comme toujours, derrière la caricature survoltée, Dupontel pose son regard sur la société. Ici, c’est la justice qui prend cher. On peut lire le film comme une version folle de 10e Chambre – Instants d’audiences, de Raymond Depardon, avec ses magistrats aveugles et ses fonctionnaires impuissants ou à côté de la plaque. La farce n’a alors plus d’égale que la vérité