Les journalistes sont en permanence confrontés avec l'immédiateté de l'information. Cela les oblige à travailler de plus en plus vite, quitte à parfois commettre des erreurs. Ainsi hier après l'annonce de la mort d'Oussama Ben Laden, les coquilles ont étés nombreuses dans les rédactions.

Les journalistes sont en permanence confrontés avec l'immédiateté de l'information. Cela les oblige à travailler de plus en plus vite, quitte à parfois commettre des erreurs. Ainsi hier après l'annonce de la mort d'Oussama Ben Laden, les coquilles ont étés nombreuses dans les rédactions. Il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Un conseil que de nombreux journalistes devraient suivre aux vues des images que l'on a pu apercevoir hier sur différents sites d'informations notamment britanniques et américains.Les téléspectateurs de Fox News ont eu la surprise d'apprendre la mort de leur président lorsque le journaliste Geraldo Rivera a annoncé à l'antenne que "le président Obama venait de s'adresser depuis la maison blanche pour annoncer la mort du président Obama". Tout de suite informé par sa collaboratrice de son erreur, le journaliste ne se désarme pas, s'excuse et rectifie aussi tôt le tir. Pourtant, il n'en fallait pas plus pour faire réagir la blogosphère qui s'est tout de suite emparée de ce lapsus.D'un autre côté son erreur est sûrement plus excusable que celle des journalistes de la BBC qui ont écrit sur leur site "Obama Bin Laden is dead" avant de corriger. Une coquille pas comme les autres...