DR

De la trilogie d'Orson Welles au triomphe de Shakepeare in Love, l'émission d'Arte décortique la fascination du septième art pour l'oeuvre du maître de la tragédie.

De ce côté-ci de la Manche aussi, on pense aux festivités du quatre-centième anniversaire de la mort de William Shakespeare. Le dramaturge et poète mort le 3 mai 1616 a laissé une empreinte indélébile sur l'histoire du théâtre, mais aussi indirectement sur celle du cinéma, friand depuis des décennies des adaptations de ses œuvres, souvent très variées. Car après tout, il n'est jamais mauvais en terme de prestige pour un acteur d'ajouter à son CV une œuvre shakespearienne à son actif.

Le Prince Charles joue Hamlet et vole la vedette à Benedict Cumberbatch, Judi Dench, Ian McKellen...

L'émission d'Arte Personne ne bouge ! s'est donc penchée sur quelques-unes de ces adaptations les plus fameuses : les multiples transpositions de Hamlet, le Beaucoup de bruit pour rien de Kenneth Branagh, Roméo + Juliet de Baz Luhrmann... Le tout en mettant en point d'orgue deux œuvres shakespeariennes radicalement différentes : la trilogie d'Orson Welles tournée entre 1948 et 1965 et Shakespeare in Love.

Aussi grand dramaturge que cinéaste, Welles fut tout naturellement fasciné par l'oeuvre de Shakespeare au point d'adapter trois de ses pièces pour le grand écran : Macbeth en 1948, Othello en 1952 et Falstaff en 1965. Trois réinterprétations personnelles de trois personnages emblématiques des pièces du dramaturge ici analysée par le journaliste Aurélien Ferenczi et l'universitaire François Thomas, spécialiste de l'oeuvre d'Orson Welles. Ils nous plongent ainsi dans les coulisses de ces œuvres souvent fauchées, financées par les cabotinages européens du cinéaste, mais qui témoignent de la capacité d'Orson Welles à créer des mises en scène folles à partir de rien, tout en restant fidèle à l'esprit des œuvres originales.

Le cas de Shakespeare in Love fut lui très différent. Fantaisie ouvertement fictionnelle prétendument inspirée des amours de l'écrivain, le film de John Madden fut un énorme succès (couronné par sept Oscars) que ne laissait pas prédire sa gestation difficile. Il fut également un point de basculement dans la carrière de Gwyneth Paltrow, qui s'y livrait à un numéro de travestissement malicieux qui allait augurer du reste de sa filmographie. Preuve en est avec un l'extrait "Perle rare" dans lequel l'actrice revient sur sa préparation à incarner un homme à l'écran.

L'émission est disponible en replay sur le site d'Arte+7 jusqu'au 24 mai prochain.