DR

Voilà 10 jours que le grand cirque annuel de TF1, Secret Story, a rouvert ses portes. Alors que vaut cette nouvelle mouture?

Voilà 10 jours que le grand cirque annuel de TF1, Secret Story, a rouvert ses portes. Alors que vaut cette nouvelle mouture?On pouvait craindre le pire. Pour "vendre" la 5ème saison de sa télé-réalité Secret Story, TF1 communiquait sur le "moins" : moins de nudité - pas de douche, moins de trash, moins de candidats caricaturaux... Drôle de façon de promouvoir un programme. Mais il faut dire qu'après le naufrage de Carré Viiip, Endemol jouait une carte importante. Bien qu'Angela Lorente et tous les responsables de la chaîne en coeur affirmaient que Secret Story n'a rien à voir avec Carré Viiip, les commentateurs et observateurs attendaient de pied ferme cette nouvelle mouture de télé-réalité d'enfermement.pagebreakRetour aux fondamentauxPour Secret Story 5, retour aux fondamentaux du jeu. Exit le découpage de la semaine, avec chaque jour un événement prévu par la prod : les pré-nomination, l'enquêteur de la semaine... etc... Là, on a le lundi les nominations, et vendredi, on voit qui part. Simple et efficace. Autant dire que la mécanique est loin de constituer l'essentiel de l'émission.pagebreakDes secrets loin d'être révolutionnairesComme chaque année, le public aime critiquer les secrets trouvés par la production. De son côté cette dernière mettait en avant des secrets "étonnants". Force est de constater que les secrets de cette saison sont dans la droite lignée du jeu depuis sa création. Après avoir eu un prêtre, nous avons une ancienne bonne soeur. Pour mon père s'appelle Brigitte, l'an passé Chrismaëlle aurait pu avoir ce secret. Les "pathologies" mentales sont appréciées dans Secret Story : cette année Rudy est mythomane tandis que Juliette serait somnambule. On a déjà eu un candidat qui croyait communiquer avec les morts, une qui avait la phobie du nombre de la Bête ou une autre atteinte de TOC.Le secret de Julie - La reine de la pop a brisé mon couple - est un bon équivalent de celui de Daniela (j'ai été la maîtresse d'un ballon d'or). Ne parlons pas d'Elizabeth qui aurait dû rentrer avec le secret d'être une surdouée... comme un certain Jonathan qui avait "le QI d'Einstein" ! Bref rien de fracassant dans les secrets qui ont été particulièrement faciles à dénicher cette année.pagebreakQue penser alors des candidats ?Difficile à dire tant la production concentre son attention -et donc la nôtre- sur une poignée d'habitants de la maison des Secrets. C'est bien simple, pour ces premiers jours d'aventure, tout tourne autours d'Ayem. Il n'y en a que pour elle ! La plantureuse candidate fait parler d'elle grâce à son physique avant tout, car elle n'a pour l'instant pas montrer une personnalité hors norme dans l'aventure. C'est ce qu'on peut dire aussi des autres candidats. A croire qu'ils ont été sélectionnés cette année en fonction de leur capacité à s'exprimer correctement ! Heureusement, Morgan, le gay débridé, nous rappelle quand même qu'on se trouve dans une télé-réalité ! Mais il n'est pas mis en avant...pagebreakAlors comment expliquer ce succès ?Car il faut le dire, les audiences de Secret Story 5 sont très honnêtes. L'émission quotidienne réalise même de bons chiffres ! A croire que le pari d'Endemol est payant : la production a choisi de transformer complètement dans le fond Secret Story. D'un simple jeu aux allures trash il y a 5 ans, c'est devenu maintenant une sitcom du réel, un Hélène et les garçons remis au goût du jour. Si bien que le public suit avec passion les intrigues, bien plus que le déroulé du jeu. Daniel va-t-il réussir à prendre le coeur d'Ayem? Les couples résisteront-ils à l'épreuve qui leur est demandée ? Simon va-t-il se rapprocher de Juliette ? Voilà le coeur de Secret Story 5, et pourquoi il séduit. Qu'importe au final le déroulement du jeu, il ne sert que de cadre à cette comédie romantique - pas tout le temps très distinguée - dans laquelle la jeunesse peut se reconnaître.Et tout comme les productions d'AB, ici le jeune ne fume pas, ne boit pas, ne dit pas de gros mots, et ne se déshabille plus jamais ! Sous couvert de "réalité" on assiste à une comédie proprette dont le scénario s'écrit au gré des envies et passions de ses acteurs sans jamais sortir du cadre du convenable défini par la production. Il suffit de se souvenir du succès considérable d'Hélène et les garçons pour mieux comprendre pourquoi les jeunes téléspectateurs ne rateraient pour rien au monde un épisode de cette série et pourquoi ils se plaignent des "spoilers" (y compris dans cet article) qui révèlent les secrets avant même que Benjamin Castaldi ou les candidats ne les donnent... On croyait les téléspectateurs attirés par le côté "poubelle" de cette télé-réalité. Que nenni ! Ils suivent comme jamais ces bluettes. Un syndrome Harlequin ?Arnaud Morisse