DR

Après des mois de négociations, le CSA a enfin donné son accord pour le lancement de D8 prévu le 30 septembre. Le groupe Canal+, qui négocie depuis des mois le rachat de Direct 8 et Direct Star, obtient donc gain de cause.

Plus d'un an après l'annonce du son intention de racheter Direct 8 et Direct Star, le groupe Canal+ a enfin le feu vert du CSA. Néanmoins, ce feu vert est assorti de plusieurs conditions.Mais cette décision de rachat ne fait pas que des heureux. Les acteurs de la télévision gratuite, TF1 et M6 en tête, ont tous dénoncé cette transaction. Pour satisfaire tout le monde, le CSA a durcit les conditions. En plus de celles déjà évoquées, pendant 3 ans, D8 ne pourra proposer qu'une soirée consacrée aux séries américaines par semaine, contre les deux souhaitées par la chaîne cryptée, révèle BFM. Quant aux séries françaises vues sur Canal+, D8 devra attendre un an et demi après cette diffusion en payant. Une autre restriction concerne les longs métrages. En effet, au moins un tiers des acquisitions devra concerner des films à petits budgets.Bref, ce rachat a un prix mais le groupe Canal+ a déjà prévu une rentrée aux petite oignons. D8 a en effet fait le plein d'animateurs vedettes.Voici toutes les conditions dictées par le CSA :- Pendant trois ans, D8 ne pourra pas consacrer par semaine en moyenne plus d’une première partie de soirée à la diffusion de séries inédites en clair, produites par les principaux studios américains. Ce maximum passera à 80 par an pour les deux années suivantes, avec la faculté pour le Conseil de reconduction de cette limitation pour cinq nouvelles années ;- La chaîne devra diffuser un minimum de 730 heures de programmes totalement inédits sur la télévision française (gratuite et payante), en plus de l’obligation qu’avait déjà Direct 8 de présenter au moins 7 heures de programmes n’ayant jamais été diffusés sur une chaîne hertzienne en clair ;- Elle devra respecter un délai minimum de 18 mois entre la diffusion de séries françaises inédites sur Canal+ et sur D8 ;- Ses obligations d’investissement dans la production de nouveaux films et fictions d’expression originale française sont renforcées, au-delà des exigences réglementaires. Ainsi, D8 contribuera dès 2013 au préfinancement d’œuvres cinématographiques. Les engagements pris devant l’Autorité de la concurrence sur les films achetés en commun avec Canal+ seront repris dans la convention de D8 et complétés par une obligation d’achat de droits de diffusion pour des films d’un budget inférieur à 7 millions d’euros.- La chaîne ouvrira une négociation avec les organisations du cinéma en vue de la conclusion d’un accord portant sur l’exposition du cinéma et sur ses investissements.- Pour l’audiovisuel, un effort particulier sera porté tant sur le taux global d’investissement que sur les œuvres patrimoniales et leur préfinancement. Afin de favoriser la circulation des œuvres, D8 et D17 (nouveau nom de Direct Star) acceptent la libération anticipée des droits de diffusion télévisuelle pour les œuvres audiovisuelles européennes et d’expression originale française, à l’issue de la dernière diffusion sur leurs antennes.- D8 s’engage à diversifier les disciplines sportives présentées à l’antenne.- De nombreux autres engagements ont été pris par D8, notamment pour le renforcement de l’offre de programmes culturels et la protection de l’enfance.