DR

Pour la 21ème année consécutive, France 2 mettait hier soir à l'antenne une nouvelle saison de son émission estivale phare : Fort Boyard. Une nouvelle mouture plus simple, plus moderne et tout simplement réussie.

Pour la 21ème année consécutive, France 2 mettait hier soir à l'antenne une nouvelle saison de son émission estivale phare : Fort Boyard. Une nouvelle mouture plus simple, plus moderne et tout simplement réussie.Chaque année Fort Boyard change de formule, au risque de déplaire aux habitués et de ne pas trouver un nouveau public. Mais l'an passé les audiences du jeu de France 2 ont été mauvaises. Moins de 15% de part d'audience pour une moyenne de téléspectateurs tout juste supérieure à la barre des 2 millions. Il fallait réagir sous peine de voir sombrer définitivement le jeu imagine par Jacques Antoine. Ainsi, pour cette énième nouvelle version, France 2 a misé sur les fondamentaux du jeu. De l'action, de l'action et de l'action, telle est la nouvelle devise de Fort Boyard.pagebreakUn casting particulièrement soignéDébarrassé des anonymes avec lesquels les téléspectateurs avaient du mal à s'identifier car sans personnalité pré-définies, cette année signe le retour des personnalités qui luttent pour une bonne cause. Pas besoin de s'appesantir sur les présentations. Ainsi, finis les témoignages style télé-réalité entre chaque épreuve du style "ho là, là, j'ai eu vraiment peur. Je croyais que je n'y arriverais pas...". Pour cette première émission de la saison, le casting a particulièrement été soigné (espérons que les autres émissions seront du même acabit!). Le joyeux drille Christophe Beaugrand était accompagné par 5 Miss France. On a eu le droit à ce qu'on attendait : des moments de rigolade et d'autres de franches terreurs le tout avec de jolies filles généreuses à l'action. Que ce soit Malika Ménard paralysée par la présence de rats dans le noir ou Chloé Mortaud horrifiée par les scorpions et mygales, on a eu le droit à de grandes émotions.pagebreakDe Nouvelles épreuves originalesComme chaque saison, on a pu voir de nouvelles épreuves sur le Fort. Avec intelligence, la production a débusqué un sol composé d'écrans vidéo tactiles ce qui plonge le candidat dans un véritable jeu vidéo grandeur nature. Idéal pour plaire aux plus jeunes. Les fameux rouleaux bien connus, ont été relookés dans le même esprit. Chloé Mortaud était telle une princesse Zelda à la recherche de la clé !pagebreakUne production plus dynamiqueToutes les épreuves du jeu s'enchaînent avec fluidité. Finie l'interruption du soir, ou les palabres entre 2 épreuves. Accompagnés par un thème musical qui est redevenu discret, les téléspectateurs sont plongés dans l'aventure. Pas le temps de se dire "quand est-ce que ça se termine" ou "tiens, y'a quoi sur les autres chaînes".pagebreakOlivier Minne sobreNon pas que l'animateur du jeu avait pour habitude d'être saoul sur le fort, mais il faut comprendre la sobriété de sa présentation comme une efficacité. Finis les jeux de rôles qui tournaient parfois au ridicule. Il va à l'essentiel et ne laisse pas place à des tergiversations sans fin. Cette fois-ci, le seul a joué véritablement un rôle est bien le Père Fouras. On a presque déjà oublié que ce dernier était bloqué dans sa vigie auparavant !pagebreakLe public ne s'y est pas trompéLe résultat d'audience de ce premier numéro de Fort Boyard est de bonne augure pour la suite. Avec 2 961 000 téléspectateurs pour 15,8% de part d'audience, cette saison commence mieux que l'an passé. Cette émission a attiré 1 million de téléspectateurs supplémentaires par rapport à l'an passé.Gageons que Fort Boyard tiendra la route sur la durée de l'été, avec des people qui vivent de vraies aventures à 100 à l'heure. De nouvelles épreuves devraient nous être proposées à chaque émission, de quoi renouveler l'intérêt du jeu.pagebreakLes + :_ Les nouvelles épreuves_ La fin des témoignages façon confessionnal_ L'habillage musical discret_ L'animation simple d'Olivier MinneLes - :_ la qualité de l'émission repose en grande partie sur les candidats. Gare aux mauvais castings !pagebreakArnaud Morisse Follow @arnom