Ils l'ont fait ! Ludovic et Samuel ont remporté Pekin Express le passager mystère et 100 000 euros. Une victoire bien méritée pour ceux qui avaient échoué de peu l'année dernière. Les deux frères belges, toujours aussi sympa et rieurs, reviennent pour nous sur cette aventure.

C'est une belle revanche. Qu'avez-vous ressenti lorsque vous avez allumé la vasque ? Samuel : C'est un rêve. On a vécu un cauchemar au début. Pour moi, c'était impossible qu'on rattrape notre retard. On a eu du mal à extérioriser là bas. Hier soir en voyant les images j'ai pleuré. On a vu la finale en famille c'était magique. Ludovic : On a bien fêté ça hier soir. C'était génial, quelle victoire. Le sentiment en allumant la vasque n'est même pas exprimable. C'est l'aboutissement de 40 jours de course. C'est la fin et en plus on gagne. D'avoir revu les images à la télé c'était énorme. On était très émus, on s'est serrés dans les dans les bras, Samuel pleurait déjà. C'est beaucoup d'émotions. Vous avez tout donné lors de cette finale. Pourquoi c'était si important pour vous de gagner ? Samuel : On a perdu l'année passée à quelques minutes près. Alors refaire un Pékin Express avec les meilleurs candidats et gagner, ben je suis content d'avoir perdu l'année dernière finalement. On a fait encore mieux, en gagnant les 100 000 euros. Je peux dire que je suis fier de moi en voyant cette finale. Ludovic : Ce n'était pas une question d'argent, on voulait refaire ça pour le titre. On ne voulait plus être les malheureux perdants. Et puis s'il fallait gagner un Pekin Express, c'était bien celui-là ! Une course avec uniquement les meilleurs candidats. Là on a le sentiment d'avoir gagné quelque chose, d'être les grands gagnants ! Le public était à fond derrière vous. Cela vous touche ?Samuel : L'engouement sur les réseaux sociaux c'était énorme. Je n'en revient pas. On a un fort capital sympathie, on a été fair play on a fait une course mais en appréciant tous les moments. Nous sommes naturels et les gens se reconnaissent en nous. J'adore que les gens m'arrêtent dans la rue pour me parler. Ludovic : C'est un truc de fous. J'ai eu 3500 followers en plus hier soir et mon site internet a été visité 10 200 fois rien qu'hier. Nous recevons des lettres, les gens nous appellent. Il y a un réel engouement. Nous sommes naturels et accessibles et je pense que c'est cela qui plaît aux gens. Qu'est-ce qui vous a motivé à repartir pour une seconde saison ? Samuel : Moi je n'ai pas hésité une seule seconde. Même si l'année dernière on a perdu, on a vécu une aventure sensationnelle. C'est difficile de partir 40 jours à cause du boulot mais quitte à perdre des clients je ne pouvais pas refuser l'offre de M6. Ludovic : On nous a proposé de repartir 8 mois après notre première saison. La question était alors est-ce que je veux regarder Pekin Express devant ma télé ou vivre l'aventure ? Je pense que rien n'arrive par hasard. Notre défaite l'année dernière nous a permis de revenir plus forts et motivés que jamais. Et puis grâce à Pekin Express on découvre des paysages magnifiques, on rencontre des gens incroyables. C'est donc dur de refuser. Cette aventure nous fait évoluer. Marcelle et Nicole ont été très fair play. C'était appréciable une finale comme ça ? Samuel : C'est clair. Au départ de la course, de nombreux candidats nous ont dit être des fans. Nicole et Marcelle savaient que la défaite de l'année dernière nous a fait très mal. Elles étaient donc heureuses de nous voir heureux et nous sommes bien sûr restés en contact avec elles. Nous sommes également très proches de Joël et Cécilia. Ludovic : Oui beaucoup. Il y a un réel enjeu dans Pekin Express mais ça reste un jeu. Les filles l'ont bien compris et elles ont été des adversaires fair play et ont été très touchées par notre victoire. Qu'allez-vous faire des 100 000 euros ? Samuel : Je vais les mettre sur un compte en attendant de savoir quoi en faire. Ludovic : Je vais investir dans mon métier de comédien. Je vais pouvoir me permettre de me déplacer plus facilement pour faire des castings. Et puis j'ai un peu abandonné l'idée du restaurant. C'est finalement ma femme qui va s'en occuper avec ses parents. Quel est votre meilleur souvenir sur cette édition ? Samuel : Tous les moments sont des meilleurs souvenirs. Impossible d'en garder un seul meilleur. En revanche, je peux dire que les treks étaient horribles physiquement et mentalement. Mentalement aussi, la course est assez hard. Cette année le niveau était supérieure et on se battait tous pour gagner. Nous n'avons pas fait de stratégies. Je comprends que certains binômes usent de stratégie dans le stress de la course mais il ne faut pas oublier que ce n'est qu'un jeu. On n'est pas des bêtes et il faut avoir du respect. Ludovic : Il y en a tellement c'est difficile de choisir. Là j'ai en tête le moment où on a chanté Calogero aux Philippines. Mais tout est magnifique et même les mauvais souvenirs se transforment en bons. Et les passagers mystères ? On vous a vu très proche de Faustine Bollaert... Samuel : Faustine est exceptionnelle. C'est une fille géniale. Car même après le jeu elle était là. Au début, quand j'ai appris la règle du passager mystère, j'ai failli donner ma démission (rires). Stratégiquement, trouver des voitures pour 4 personnes (le duo, le passager et le cadreur ndlr) c'était compliqué. Mais on a eu de la chance. Sandrine Corman a tout donné aussi. Elle a déjà fait Pekin Express donc elle bombardait. On est tombé sur les deux bombes des passagers mystères. Ludovic : La prod a mis les bouchées doubles pour nous surprendre cette année. Sur les épreuves et sur les passagers mystères. J'ai adoré. Au début, je n'étais pas très chaud pour les passagers mystères, à cause des problèmes logistiques dans les voitures. Mais on est tombé avec les meilleurs. Hier soir, Faustine et Sandrine nous envoyaient des textos car elles n'étaient pas au courant de notre victoire. Mais je n'ai rien lâcher pour qu'elles aient le suspens jusqu'au bout. La complicité qu'on a eu avec elles est incroyable. Quand on est loin de chez soi, on se raccroche aux gens; Chez les locaux, en deux heures, on se sent comme chez nous. C'est pareil avec les filles on a accroché tout de suite et ça s'est super bien passé. Vous seriez prêt à repartir pour une troisième saison ? Samuel : Je signe dès demain. On ne peut pas refuser une aventure pareil. Ludovic : Maintenant on a la médaille et on a gagné 100 000 euros. On ne pourra pas faire mieux ! Donc je ne sais pas. C'est quand même un gros effort physique. J'ai perdu 8 kilos et Samuel est revenu avec des cheveux blancs (rires). Et une émission d'aventure du type Koh-Lanta. Cela vous tenterait ? Samuel Il y a un ou deux ans oui. Mais aujourd'hui je trouve ce jeu trop stratégique. Tout le monde parle dans le dos de tout le monde et je ne supporte pas ce genre de comportements. Les gens sont trop fous dans Koh-Lanta je ne serais pas à ma place. Ludovic : Jamais de la vie ! Ils ont fait d'un jeu et d'une aventure super une vulgaire télé réalité. C'est Secret Story sur une plage. Je ne suis pas assez stratège et je suis trop gentil pour participer à ce genre de jeu. Sur Pekin, tu es maître de ton destin. Il n'y a pas un jury qui t'élimine s'il ne t'aime pas. Cette médiatisation vous-a-t-elle donné des envies de télé ? Samuel : Justement on a un petit projet avec mon frère. J'espère que ça va marcher. Si je peux gagner ma vie avec la télévision tout en voyageant, c'est le rêve. Ludovic : On va tourner le pilote et essayer de le vendre aux chaînes de télévision. On a trouvé une super équipe pour monter ce projet? Quels sont vos projets ? Samuel : Si j'étais célibataire je partirai un ou deux ans faire le tour du monde. Mais là nous sommes à fond sur notre projet d'émission TV. Ludovic : Je repars à Sydney en fin d'année pour plonger avec le grand requin blanc. c'est un rêve d'enfance et maintenant que j'ai un peu d'argent de côté... Sinon je vais m'investir à fond dans ma carrière de comédien. J'ai deux courts métrage en projet et je souhaite tourner dans un long métrage avec BenoPit Poolvoerde ! Et on va bosser à fond sur le projet TV. Bref tout cela c'est que du positif ! La vie est belle... Propos recueillis par Mélissa Tellaa