Sixième étape de Pékin Express, sur la route des grands fauves, qui mènent les candidats encore en lice sur les cimes du Kilimandjaro. Une épreuve extrêmement difficile qui montre une nouvelle fois que Pékin Express n'est pas un jeu comme les autres.

Sixième étape de Pékin Express, sur la route des grands fauves, qui mènent les candidats encore en lice sur les cimes du Kilimandjaro. Une épreuve extrêmement difficile qui montre une nouvelle fois que Pékin Express n'est pas un jeu comme les autres.L'épreuve tant attendue de l'ascension du Kilimandjaro est enfin là. Pour les candidats, il s'agira d'aller au bout de leurs forces. Deux binômes sont restés au village Massaï pour des épreuves très différentes : s'adapter à leur vie quotidienne. A la clef, deux dossards d'immunité pour poursuivre l'aventure.La phrase culte : "Filme pas la quéquette !" Ludovic, l'un des deux frères Belges a une brillante idée pour ne pas perdre de temps pendant l'épreuve de l'ascension du Kilimandjaro : faire pipi en marchant ! Du coup il s'inquiète que le cadreur ne filme sa "quéquette".Les chouchous de la semaine : Dans cet épisode éprouvant pour les candidats, tous ceux partis à la conquête du Kilimandjaro sont nos chouchous ! Leur courage, leur ténacité dans l'effort force notre admiration. Ingrid et Nicolas, Ludovic et Samuel, Karim et Leïla, Luc et Clémence et Pierre et Isabelle marchent pendant des heures dans des conditions difficiles : sac à dos de 16 kilos, température négative, mal de la montagne... Ils donnent tout ce qu'ils ont pour profiter d'un paysage à couper le souffle. Respect.La séquence émotion : Pendant l'ascension du Kilimandjaro, les candidats souffrent. Et les téléspectateurs avec eux. Karim notamment est très malade, et se plaint de violents maux de tête. Même chose pour Ingrid qui souffre de forts maux de ventre. Malgré la douleur, tous reprennent la route. Autre moment touchant : les candidats les moins malades jouent à fond la carte de la solidarité et se chargent de donner à manger à ceux qui sont au fond de leur sac de couchage.La tête à claque : Une fois de plus, c'est Denis qui remporte la palme du candidat le plus tête à claque. Dans le village Massaï, il ne cesse de se plaindre : de l'hygiène, du confort, des coutumes... Agaçant. Victime d'un grand sentiment de ras-le-bol, François est également une tête à claque. Il s'arrête sur le bord de la route, s'énerve pendant les négociations pour trouver un véhicule. Même si on le comprend, ce comportement est pénible.Au revoir à... Personne ! Denis et César arrivent derniers de l'épreuve. Ces deux candidats qui ne se connaissaient pas avant le début échouent. Mais par chance, l'épreuve n'est pas éliminatoire. Ils continuent mais auront à gérer un handicap pour la prochaine étape, placée sous le signe de la magie noire.On regrette : Encore et toujours la longueur de l'émission. Pour rallonger l'émission, la production a multiplié les jeux inter-épreuves : défilé pour déterminer qui va au Kilimandjaro, épreuve d'immunité double, au village Massaï et lors de l'ascension du Kilimandjaro, ou encore une chasse à la tong pour terminer la course. Tout cela n'apporte pas grand chose de plus... hormis des minutes superflues au programme.Ce qu'il faut retenir : Cette semaine, les candidats ont dû monter au sommet du Kilimandjaro pour remporter l'épreuve d'immunité. Une épreuve difficile pour tout le monde. Les candidats montrent beaucoup de courage, et en prennent plein les yeux. A la fin, Karim et Leïla remportent la victoire, malgré de grosses difficultés pendant l'ascension du Kilimandjaro, tandis que Denis et César sont sauvés de l'élimination. Cette étape marque le milieu de l'aventure. Tout est encore à jouer !Christelle [email protected] sur Twitter