DR
Julien KNAUB
Romeo Balancourt Paris Photograp
Romeo Balancourt Paris Photograp
Romeo Balancourt Paris Photograp
Romeo Balancourt Paris Photograp
Romeo Balancourt Paris Photograp
Romeo Balancourt Paris Photograp
Romeo Balancourt Paris Photograp
Romeo Balancourt Paris Photograp
Romeo Balancourt Paris Photograp
Romeo Balancourt Paris Photograp
Romeo Balancourt Paris Photograp

PHOTOS - Meilleurs ouvriers de France, le rêve d’une vie… : meilleure ouvrière de France ?

Meilleurs ouvriers de France, le rêve d’une vie… : meilleure ouvrière de France ?

Lycée hôtelier de Marseille, le 5 mai dernier. Une équipe de tournage suit le parcours de six candidats parmi les 36 finalistes qui briguent les 10 titres de Meilleur ouvrier de France (section cuisine-gastronomie). Au sein de cette brigade, une seule femme : Anne Erwein, 43 ans. Lorsque son père est brutalement décédé en 2001, Anne, descendante d?une lignée d?aubergistes depuis sept générations, a brillamment repris le flambeau à la tête de L?Agneau, l?hôtel-restaurant familial, situé à Pfaffenhoffen dans le Bas-Rhin, où elle propose une cuisine basée sur les produits du jardin alliant tradition et créativité. Malgré son expérience (elle a été formée par de grands chefs comme Bernard Loiseau et Georges Blanc), elle sait que pour ce concours, la barre est très haute. Elle l?a déjà tenté en 2007. En vain. Cette année, elle doit présenter à un jury de grands professionnels (dont Jacques Le Divellec), un turban de haddock soufflé, un gigot d?agneau de lait et un dessert de son choix. La sympathique alsacienne aura-t-elle enfin le droit de porter le col bleu blanc rouge ? "J?aimerais tellement pouvoir dédier ce titre à mon père? ", confie Anne. Réponse à la fin de l'émission <strong>Meilleurs ouvriers de France, le rêve d?une vie</strong>? diffusée ce soir à 20h35 sur France 3. Émilia Vaillant du magazine Télé 7 jours

Photographe

Photographe

Photographe

Photographe

Photographe

Photographe

Photographe

Photographe

Photographe

Photographe

Photographe

Lycée hôtelier de Marseille, le 5 mai dernier. Une équipe de tournage suit le parcours de six candidats parmi les 36 finalistes qui briguent les 10 titres de Meilleur ouvrier de France (section cuisine-gastronomie). Au sein de cette brigade, une seule femme : Anne Erwein, 43 ans. Lorsque son père est brutalement décédé en 2001, Anne, descendante d’une lignée d’aubergistes depuis sept générations, a brillamment repris le flambeau à la tête de L’Agneau, l’hôtel-restaurant familial, situé à Pfaffenhoffen dans le Bas-Rhin, où elle propose une cuisine basée sur les produits du jardin alliant tradition et créativité.Malgré son expérience (elle a été formée par de grands chefs comme Bernard Loiseau et Georges Blanc), elle sait que pour ce concours, la barre est très haute. Elle l’a déjà tenté en 2007. En vain. Cette année, elle doit présenter à un jury de grands professionnels (dont Jacques Le Divellec), un turban de haddock soufflé, un gigot d’agneau de lait et un dessert de son choix. La sympathique alsacienne aura-t-elle enfin le droit de porter le col bleu blanc rouge ? "J’aimerais tellement pouvoir dédier ce titre à mon père… ", confie Anne.Réponse à la fin de l'émission Meilleurs ouvriers de France, le rêve d’une vie… diffusée ce soir à 20h35 sur France 3.Émilia Vaillant du magazine Télé 7 jours