Selma
Atsushi NISHIJIMA - © Plan B Entertainment / Cloud Eight Films / Paramount Pictures / Pathé / Harpo Films

Dans Selma, diffusé ce mardi dans 1 dose de ciné sur France Ô, la réalisatrice Ava DuVernay raconte un épisode clé de la lutte pour les droits civiques des noirs Américains.

Le combat que raconte Selma est peu connu en France. L’Histoire résume souvent Martin Luther King à son discours de Washington « I have a dream » prononcé le 28 août 1963, mais le pasteur afro-américain a véritablement changé la vie des Noirs deux ans plus tard. Alors que les Etats du Sud rendent impossible l’inscription sur les listes électorales des électeurs afro-américains, des manifestations sont organisées pour faire échanger les choses. Au cours de l’une d’elles, un militant est abattu par la police. En février 1965, il est donc décidé de faire une marche qui reliera Selma (siège du comté de Dallas dans l’Alabama) et Montgomery (capitale de l’Etat). La première marche ne fait que quelques kilomètres : les manifestants sont repoussés à coup de matraque.  Une activiste Amelia Boynton Robinson (interprétée par Lorraine Toussaint) est grièvement blessée. C’est ce qui décide Martin Luther King (David Oyelowo)  à rejoindre le mouvement et à venir faire la deuxième marche le 9 mars 1965. Mais la présence du Prix Nobel de la Paix (reçu un an auparavant) ne permet pas au cortège d’atteindre Montgomery. On leur demande de faire demi-tour.

Le 21 mars, a lieu la troisième marche. La foule des manifestants a grossi et atteint 25 000. La nuit après l’arrivée, une militante blanche est assassinée. Cinq mois plus tard, le président Johnson signe le Voting Rights Act qui accorde véritablement le droit de vote aux Noirs américains.

Une première pour une réalisatrice noire américaine

Selma vaudra à sa réalisatrice Ava DuVernay d’être la première femme afro-américaine nommée pour un Golden Globe de la meilleure réalisatrice en 2014.  Le film marque aussi un tournant dans le cinéma américain, avec des succès comme Le majordome et 12 years a slave : l’Histoire est désormais montrée du point de vue des noirs, et non plus de celui des blancs.

Ava DuVernay a par ailleurs été nommée aux Oscars pour son documentaire, Le 13e, en référence à l’amendement de la Constitution des États-Unis abolissant l’esclavage, qui montre que la ségrégation est toujours d’actualité et que les droits des Noirs sont constamment bafoués.

Elle a ensuite réalisé pour Disney, Un raccourci dans le temps, une superproduction fantastique et est annoncée comme la prochaine réalisatrice de la franchise DC, avec New Gods, pour la Warner. On attend également sur Netflix courant 2019, The Central Park Five, une série  sur le combat de cinq ados de Harlem pour prouver leur innocence du meurtre d’un jogger dans Central Park en 1989 dont ils sont accusés.

A lire aussi sur Première

Les films à la télé du mardi 16 février : Cendrillon, La journée de la jupe, Selma

Ce soir, Kenneth Branagh nous replonge dans l'univers d'une des plus célèbres princesses Disney, Isabelle Adjani pète les plombs dans une salles de classe et Ava DuVernay filme un moment historique de la lutte pour les droits civiques.

Un crime dans la tête : un thriller politique fascinant

Trois raisons de revoir Un crime dans la tête de Jonathan Demme diffusé dans le cadre d’1 dose de ciné ce soir à 20h50 sur France O.

Trois choses à savoir sur La vie pure

Ce soir, 1 dose de ciné sur France Ô vous entraîne au cœur de la forêt amazonienne dans les pas de l’aventurier français Raymond Maufrais.