Les Plages d'Agnès
Les Films du Losange

"On se glisse avec délice dans l’ombre de cette dame malicieuse, libre, sereine, généreuse, et définitivement amoureuse de la vie et du cinéma."

Arte proposera à 21h, Les plages d'Agnès, le film documentaire d'Agnès Varda sorti en salles en 2008.

Synopsis : A l'aube de ses 80 ans, de plages en plages depuis la Belgique dont elle est originaire à celles de Sète où elle a grandi, en passant par la Corse, Noirmoutier, Paris, la Côte d'Azur, Los Angeles...Agnès Varda se raconte, rejoue même son passé, évoque ses chers disparus, dont le cinéaste Jacques Demy, son mari, ses amis Jean Vilar, Chris Marker... sa famille, réelle et imaginaire. Des réminiscences qui résonnent au présent et parle à chacun de sa propre histoire.

RIP Agnès Varda : les hommages de Mathieu Demy, Martin Scorsese, J.R.…

Voici notre critique, publiée à sa sortie : En 1964, Agnès Varda signait Le Bonheur. C’est encore ce sentiment qui plane en voyant cette très personnelle autobiographie qu’est Les Plages d’Agnès. Toujours aussi facétieuse, la réalisatrice choisit des chemins de traverse pour se raconter et raconter ceux qui ont croisé sa route. Elle s’égare avec un plaisir contagieux dans les entrelacs de ses souvenirs et de ses rencontres, s’amuse au jeu délicieux du « marabout-bout de ficelle », colle et accole images du passé et du présent, réunit morts et vivants, sautille de Bruxelles à Noirmoutier en passant par Sète, plages qui ont marqué sa vie, plages de vie. Ce faisant, elle nous offre, à sa manière ludique et poignante (comme quand elle évoque la figure aimée de Jacques Demy), une leçon de cinéma et une leçon de vie mêlées. D’un rien, elle fait une œuvre : quelques miroirs face à la mer, du sable dans une rue parisienne, une maison faite de bouts de pellicule..., inventant là, en quelques secondes, plus d’images de cinéma que la plupart des réalisateurs en une carrière. On se glisse donc avec délice dans l’ombre de cette dame malicieuse, libre, sereine, généreuse, et définitivement amoureuse de la vie et du cinéma.

Pourquoi Agnès Varda a toujours eu un temps d’avance