Jacquot de Nantes
cine-tamaris

Ce soir, Place au cinéma sur France 5 diffuse un des films les plus émouvants d'Agnès Varda, Jacquot de Nantes, hommage à Jacques Demy, son mari. Voilà cinq secrets sur le film.

Jacques Demy avait commencé à écrire son autobiographie
A la fin des années 1980, Jacques Demy était très malade. Déjà pendant le tournage de Trois places pour le 26, son dernier film, il montrait des signes de fatigue. Il sait qu’il n’est plus question pour lui de tourner. Il commence alors à rédiger ses souvenirs « De plus en plus, surtout tôt le matin, il me parlait de son enfance, racontait Agnès Varda à la sortie du film. Il s’est mis à prendre des notes puis à écrire à l’ordinateur, sur son écran coloré. Il en profitait pour composer des couleurs sur les palettes de son programme graphique. Il avait trouvé le ton : il racontait au passé simple, chronologiquement, et de façon détaillée. Et moi qui croyais avoir tout entendu déjà, je découvrais des anecdotes, des précisions et les noms de ceux qui avaient joué les seconds rôles. Jacques se plongeait avec un total délice dans sa vie d’enfant, il racontait son désir de faire du spectacle, il parlait du guignol qu’il fréquentait assidûment, des opérettes vues dès l’âge de 6 ans, et du premier film qu’il a vu : Blanche Neige. »

Tout savoir et tout voir sur Jacques Demy

C’est ensemble qu’ils décident d’en faire un film
Au début, Agnès Varda voulait appeler le film «Evocation d’une vocation», mais il y a trois films en un dans Jacquot de Nantes. Le premier est en noir et blanc, c’est le récit réinventé de l’enfance et de l’adolescence de Jacques Demy, en noir et blanc. Le deuxième est un travail de collage magnifique où Agnès Varda incorpore subtilement dans le récit des extraits de films de Jacques Demy inspirés de moments de sa vie. Dix oeuvres de Demy sont présentes. Enfin le troisième, le plus émouvant, annonciateur du cinéma à la première personne d’Agnès Varda dans les années 2000, c’est un portrait de Jacques Demy sur la plage de Noirmoutier avec des gros plans de son visage, de ses bras, de sa main.

Le tournage a eu lieu dans l’ancien garage Demy à Nantes
L’équipe a eu la chance de trouver intact le vrai garage de la famille Demy, au quai des  Tanneurs,  et de pouvoir y tourner. C’est donc dans l’appartement familial que l’équipe s’est installée. « Il  suffisait de poser  une  échelle  pour  atteindre  le  vrai  grenier  où  Jacques  a  fait,  à  12-14  ans,  ses premiers  essais  de  marionnettes  et  de  dessins  animés », confiait  Agnès Varda dans une interview à Dominique Rabourdin, dans Place Publique. Mais le plus incroyable est qu’en débarrassant le grenier, sous un tas d’immondices, l’équipe a miraculeusement retrouvé les premiers outils de cinéma de Jacques Demy! Il y avait des morceaux de pellicules, des projecteurs qu’il utilisait pour éclairer ses personnages et même deux bonhommes en carton qu’il avait fabriqués.

 

Pourquoi Agnès Varda a toujours eu un temps d'avance

La guerre pour déclencheur d’une carrière.
Jacques Demy a été particulièrement marqué par les bombardements américains de 1943.«Il n’y a rien de plus effrayant que la guerre, précisément le bombardement de Nantes par exemple le 16 septembre 1943, ç’a été quelque chose d’effroyable. Et quand on a le souvenir de ça, j’ai beaucoup de mémoire, énormément. A partir de ce moment là, rien ne compte, quelque chose d’aussi atroce est arrivée, on a l’impression que plus rien de plus atroce ne peut arriver. A partir de cela, on rêve une existence idéale», confiait Jacques Demy. C’est ce traumatisme qui lui donnera envie de rendre les gens heureux. Et donc de faire du cinéma enchanteur.


Le premier volet d’une trilogie
Cette évocation romancée de l’enfance de Jacques Demy est le premier volet d’une trilogie qu’Agnès Varda a consacré au cinéaste qui a partagé sa vie et au père de son fils. Rarement artiste a, à ce point, porté l’œuvre d’un autre artiste, fût-il son époux ou son héritier. Après Jacquot de Nantes, Agnès Varda a réalisé deux documentaires sur le travail de Demy. Les Demoiselles ont eu 25 ans emmenait les principaux protagonistes sur les traces des Demoiselles de Rochefort. L’univers de Jacques Demy balayait toute sa carrière et sa méthode de travail.

 

Jacquot de Nantes est diffusé ce soir à 20h55 sur France 5

Les demoiselles ont eu 25 ans, deuxième volet de la trilogie sur Jacques Demy

A lire aussi sur Première

Pourquoi Agnès Varda a toujours eu un temps d’avance

Agnès Varda n’a jamais eu peur des frontières. Toute sa vie, toute sa carrière, elle n’a eu de cesse de repousser les limites, de croiser les arts. Hommage à une grande cinéaste, à une artiste hors-du commun.

Agnès Varda est morte

La réalisatrice vient de s’éteindre. Elle était âgée de 90 ans.