Le petit écran enquête, parlemente et danse, ce soir.

Le choix de Fluctuat : Sherlock Holmes de Guy Ritchie Robert Downey Jr s’éclate dans la peau de Sherlock Holmes, face à un Jude Law nonchalant. Le duo fonctionne, les scènes d’action s’enchaînent et Guy Ritchie s’amuse comme un fou à dépoussiérer le mythe imaginé par Conan Doyle."Des bastons baddass aux scènes dignes d'un blockbuster, le film témoigne d'une lisibilité qui n'entrave en rien sa vitesse. Jusque dans l'utilisation du ralenti, marque de fabrique habituellement roublarde chez Ritchie, qui travaille une sensualité rythmique globale et élastique : beau passage notamment où Holmes vole telle une plume au milieu d'une explosion, et habile décalque du pouvoir d'analyse du personnage dans un combat. On pourra toutefois regretter que Ritchie n'ait pas l'intelligence de son héros, qu'il se repose trop sur une illustration démonstrative des énigmes (encore que cette transparence se défende), mais il n'a pas la prétention d'être Billy Wilder. C'est plutôt sa modestie, sa capacité à se ranger derrière ses acteurs, leur donner une confiance absolue, qui fait plaisir à voir. Le maniériste crâneur des 90's deviendrait-il un nouveau classique sans prétention ? Qui sait."Sherlock Holmes sera diffusé sur TMC à 20h50                                                                Douze hommes en colère de Sidney LumetGrand classique ce soir : Henry Fonda tente de convaincre 11 hommes (qui ont été choisis comme lui comme juré), que le jeune accusé d’avoir tué son père pourrait bien être innocent. Pour empêcher que le tueur présumé soit condamné à mort, il faut que le verdict soit rendu à l’unanimité. Parviendra-t-il à faire changer d’avis tous ses interlocuteurs ? Impossible de décrocher, une fois l’intrigue mise en place. Comme les jurés, le spectateur se sent pris à partie et s’interroge sur ses propres choix au fur et à mesure de l’avancée de l’intrigue.Douze hommes en colère sera diffusé sur Arte à 20h50                                                                    Fame d’Alan ParkerLa TNT adore les comédies musicales. Quelques jours après Grease, Dirty Dancing et Flashdance, place à Fame. Sorti en 1980, le film suit huit élèves d’une école des arts du spectacle. Entre cours de musique, de danse et de comédie, impossible de s’ennuyer devant ce long-métrage qui donne la pêche. Sa musique, absolument culte, a valu au compositeur Michael Gore un  Oscar de la meilleure chanson pour Fame. C’est aussi lui qui avait écrit le scénario du film.Fame sera diffusé sur France Ô à 20h45Le reste du programme télé est ici