Afin d’éviter une ville un peu trop proche politiquement du Front National, Le Petit journal a changé, au dernier moment, la destination de La Marche de Maxime Musqua, ce mardi 19 novembre.

Depuis le 12 novembre, Maxime Musqua, chroniqueur du Petit journal de Yann Barthès a entamé une marche entre Vénissieux et Paris pour célébrer le 30ème anniversaire de la Marche pour l’égalité et contre le racisme. Surnommé par les médias de l’époque "La marche des beurs", ce défilé survenait suite à des vives tensions et des affrontements dans la banlieue de Lyon. Alors que le Front National commençait à prendre une importance considérable dans le milieu politique français, les Marcheurs réclamaient l’égalité.30 ans après, alors que des actes racistes et discriminatoires ont toujours lieu en France, Le Petit journal a décidé de rendre hommage à ces marcheurs de 1983. Le chroniqueur Maxime Musqua refait donc le même trajet que celui de l’époque, en faisant chaque soir des duplex avec Yann Barthès sur Canal+, dans les villes où il s’arrête pour la nuit. Mais aujourd'hui, on apprend que le choix de la ville n’est pas laissé au hasard !Maxime Musqua et ceux qui l’accompagnent ont dû changer leur itinéraire au dernier moment. Ils ont annoncé hier soir, qu'ils passeront la soirée de ce mardi 19 novembre à Fontainebleau en Seine et Marne, pour éviter une ville, un peu trop proche politiquement du Front National. Ce changement survient alors que Le Petit journal a reçu très récemment des menaces de mort de la part de certains sympathisants du Front National, nous révèle t-on.Les liens entre Le Petit journal et le parti de Marine Le Pen n’ont jamais été très cordiaux. Depuis quelques mois les élus et militants du parti ont même reçu la consigne de ne plus répondre au Petit journal, comme ce dernier l’a démontré à plusieurs reprises. Le 15 octobre dernier, une journaliste de l’émission a même été violemment bousculée par un militant (lire notre article). La Marche de Maxime Musqua aurait alors sans doute provoqué un peu plus de tensions, ce qui a poussé Le Petit journal à changer sa trajectoire.S.E