Pointé du doigt depuis quelques jours pour avoir supposément laissé mourir un cheval, Thomas, l’un des agriculteurs de L’Amour est dans le pré, s’est défendu de toute maltraitance dans des entretiens parus dans Le Courrier Picard et dans le Parisien.