DR

Le producteur star livre quelques anecdotes sur deux de ses plus beaux coups d'éclat chez Jimmy Kimmel.

Jerry Bruckheimer est inoxydable. Celui qui incarne mieux qui quiconque le blockbuster hollywoodien, aussi bien au cinéma qu'à la télévision continue de multiplier les projets malgré son départ fracassant de Walt Disney Pictures suite au flop colossal de Lone Ranger au box-office en 2013. Au programme pour le producteur vedette dans les mois et années qui viennent : les deux suites de la franchise Bad Boys, le troisième volet de Benjamin Gates et surtout Pirates des Caraïbes 5 (Dead Men Tell No Tales) et Top Gun 2.

Après Keith Richards, Paul McCartney dans Pirates des Caraïbes

Au milieu de tous les succès estampillés Bruckheimer, peu incarnent autant l'esprit de ses productions que le film de Tony Scott et la saga de pirates inspirée des attractions des parcs Disneyland. Deux cartons qui renvoient à deux époques de la success story de Bruckheimer : les débuts flamboyants dans les années 80 (avec Flashdance et Le flic de Beverly Hills) et l'installation au sommet de la pyramide hollywoodienne dans les années 2000.

Alors évidemment, le lieutenant Maverick et Jack Sparrow étaient au centre des discussions hier soir, lorsque Jerry Bruckheimer a rendu visite à l'émission de Jimmy Kimmel. L'occasion également de se remémorer quelques souvenirs sur les deux mégastars que sont Tom Cruise et Johnny Depp.

Pour le premier, qui n'était encore qu'une star en devenir au milieu des années 80, Top Gun a marqué un cap qui fit de lui l'acteur le plus demandé du moment. Un nouveau statut qu'il aurait pu ne jamais atteindre sans la pugnacité de Bruckheimer, qui fit preuve de persuasion pour convaincre le jeune homme, à l'époque réticent.

"Dès qu'on a lu le script, la première chose qu'on s'est dit, c'est qu'on voulait Tom Cruise pour jouer le rôle. Le studio a dit : 'OK, allez le chercher'. Mais un nouveau problème s'est posé. Il n'arrêtait pas de dire non ; un jour il était intéressé, l'autre non. J'ai alors eu l'idée d'appeler la Navy et je leur ai expliqué que j'avais un acteur qui était réticent à l'idée de jouer ce rôle. Je leur ai demandé s'il était possible qu'ils le fassent monter dans un avion de chasse. Ils m'ont expliqué que des Blue Angels [un modèle d'avion utilisé sur le tournage de Top Gun] volaient dans la région ce week-end là. J'ai appelé Tom et je lui ai proposé de venir. Il arrive ce jour-là, descend de sa moto avec sa queue de cheval, qu'il portait pour le tournage de Legend. Et le pilote a dit : 'Je vais lui faire faire le voyage de sa vie, à ce hippie !'. Il lui a fait faire des loopings, des barrel rolls... Dès que Tom est descendu de l'avion, il s'est précipité à une cabine téléphonique pour accepter le rôle !".

Bien lui en prit : avec plus de 350 millions de dollars de recettes, Top Gun fut un succès colossal et reste encore l'un des blockbusters les plus emblématiques des années 80. Une quinzaine d'années plus tard, Bruckheimer frappa un autre coup en enrôlant Johnny Depp pour être le visage de la saga Pirates des Caraïbes, un rôle qui marque encore durablement sa carrière depuis la sortie du premier volet en 2003.

"Je voulais vraiment Johnny, explique Bruckheimer. L'idée de faire un film de pirates basé sur une attraction semblait complètement folle, et la presse s'est déchaînée contre nous quand on a annoncé le projet. L'idée, c'était de prendre quelqu'un qui allait complètement à l'opposé de ce à quoi on pouvait s'attendre. À l'époque, Johnny était considéré comme un acteur de films artistiques comme Edward aux mains d'argent. On s'est dit qu'en le choisissant, le public allait se faire une idée très différente du film. Je suis allé le voir en France, je lui ai montré des storyboards, on a dessiné des décors du film pour lui, et il a trouvé ça très cool. Il venait d'avoir une fille, Lily-Rose. Et il voulait faire un film pour elle".

Outre ses cinq projets au cinéma, Jerry Bruckheimer est aussi actuellement le producteur de deux séries à l'antenne outre-Atlantique : Les Experts : Cyber et Lucifer.