DR

Son cinquième album, L’Amour et moi, donne d’emblée la pêche, même s’il se teinte, parfois, de mélancolie. À bientôt 30 ans, la chanteuse qui va bientôt retrouver son fauteuil de coach sur The Voice, est aussi une maman épanouie. Et se livre à Télé 7 jours en toute simplicité…

Jenifer nous reçoit chez son manager, Franck Veron. Lunettes de vue, petite robe noire et bottines assorties, à talons vertigineux. Elle nous claque la bise, puis se déchausse, s’assoit en tailleur dans un fauteuil et trempe ses lèvres dans une tasse de café. L’amour et moi, le titre de son dernier album, laisse pensif… On la sait si secrète sur sa vie privée. Durant l’interview, elle n’oublie jamais son interlocuteur, attentionnée comme tout. Tantôt elle se livre, tantôt elle hésite, intimidée, pudique, et, surtout, très émouvante.Ça va ?Mieux. Ce matin, en me levant, j’étais mal à l’idée de commencer à rencontrer les médias. C'est toujours délicat de devoir développer les thèmes d’un album. Rentrer dans le vif du sujet me fait peur.Vous craignez l’indiscrétion ?Tout livrer de ma vie, de mes états... je ne peux pas, même si je suis très sociable. Je suis plutôt partisane du dicton "Pour vivre heureux, vivons cachés". Les journaux racontent beaucoup de choses sur moi. Parfois je trouve ça blessant, au point de m’empêcher de dormir. Puis je relativise en me disant qu'on ne peut pas plaire à tout le monde.Vous aurez 30 ans le 15 novembre prochain. Qu’est-ce que cela vous fait ?C'est bizarre. D’un côté, ça me saoûle ! De l’autre, je suis contente parce que j'ai un certain recul que je n’avais pas avant. Surtout, j'ai des souvenirs sur lesquels me retourner. Sinon, je serais très mal. Aujourd’hui, dans l’ensemble, je suis très heureuse, malgré les doutes qui m’habitent et me bouffent un peu.Ce bonheur et ces doutes se reflètent-ils sur votre nouvel album ? Tout en étant électrique, il a aussi des aspects mélancoliques et fragiles dans certains titres. Comme moi. Je le voulais léger, mais pas trop. Je ne suis pas une fille légère, la vie ne l'est pas non plus, et l'amour encore moins. Ce sentiment, je voulais l'aborder différemment de mes albums précédents. J'aime la notion de séduction, de désir, et ces icônes épicuriennes des années 50 et 60 qui ressentaient, comme moi, le besoin d'être rassurées en permanence. Par exemple Bardot, que je cite dans la chanson  Mademoiselle fume . Et puis je voulais davantage mettre ma voix en avant…Votre voix, vous l’aimez ?[Elle hésite] Je ne sais pas. Pas spécialement. Je ne la déteste pas non plus. Je me contente de ce que j'ai [elle rit]. Je suis très critique. Si j'écoutais mon album aujourd'hui, j’aurais envie de revoir plein de choses. Je ne regrette rien, mais ce sont des petits trucs, comme un placement de voix. Je suis compliquée… Quand vous chantez L'amour et moi, ça fait deux , est-ce vraiment le cas ?[Elle a l’air surpris] Ah, c'est une très bonne question… Je ne pense pas parce que l'amour fait partie de moi. J’ai besoin d’affection. Quand je dis : "Ne tombez pas amoureux", il faut comprendre le contraire. Car malgré la souffrance, il y a la passion du début, puis l'amour. Je pense qu'il peut durer toute la vie avec la même personne. Mais c'est complexe. Quand j'aime, c'est à m'en faire mal au ventre.Si on veut séduire Jenifer, que faut-il faire ?Rien! Rester soi-même. Je n’aime pas me sentir draguée. Avec moi, il faut y aller avec finesse, délicatesse et subtilité.Dans le clip de Sur le fil vous dévoilez votre corps avec plus de liberté qu’avant. Une preuve d’assurance ? J'ose davantage. J’ai envie de m'en foutre. Tout en m’interrogeant, car en général, je n'aime pas spécialement me voir. J’ai parfois même du mal à me supporter. Il y a des jours où je me sens bien, donc jolie, et d'autres où je suis mal, alors je me trouve moche. C’est mon moral que je trouve dans le reflet du miroir… Ou un poil qui me dérange et que je veux enlever ! [Elle rit]Cet album, c’est votre rentrée des classes. Comment la viviez-vous étant enfant ? Ça m'angoissait, même si j'avais hâte de retrouver mes potes. Je manquais énormément de concentration alors l'école me pesait. J'y allais quand même puisque mes parents m’y forçaient, mais pas tout le temps, j’avoue. Aujourd’hui, je les en remercie. J'aimais beaucoup le français, mais tout était en fonction du feeling avec mes profs. Si je ne pouvais pas blairer la personne en face de moi, je ne l'écoutais pas.Votre fils, Aaron, aura bientôt 9 ans. En tant que maman, la rentrée a-t-elle une autre saveur ? Oui, une saveur "bof". C'est émouvant de voir son enfant grandir et je prends un coup chaque année. Au moment où un enfant vous lâche la main, c'est un pincement au cœur. Même si je suis contente pour mon fils. Mais le temps file si vite !Vous voyez-vous entourée d’enfants et de petits-enfants plus tard ?Ah oui, j’adorerais ! J'ai eu une enfance heureuse grâce à ma famille (dont son frère cadet, Jonathan, ndlr). J'espère pouvoir vivre de tels moments avec mes enfants et petits-enfants..Quand on fait votre métier, comment allier vie de famille et vie professionnelle ? Je n'ai pas un planning de ministre ! Tout s'organise très bien. Je conduis mon fils à l'école, je passe des journées entières avec lui. Les gens imagine que les artistes sont débordés, n’ont même pas le temps de dormir. Moi, ce matin, je me suis levée à 11h parce que je n’avais pas mon petit garçon. Ce que je préfère faire quand je ne travaille pas ? Rien. En plus du temps passé avec mon enfant, j’organise des apéros et des bouffes avec mes amis. Et j'aime dessiner au fusain, mais juste pour moi, je ne montre pas le résultat !Comment vous imaginez-vous à 40 ans ? Je me projette peu. Même si depuis que je suis maman, je le fais davantage. On a moins d'insouciance… En fait, on n'a pas le droit à l'insouciance. Normalement.Si aujourd'hui vous croisiez la Jenifer de 16 ans qui monte à Paris, que lui diriez-vous ? Bon courage ! [elle éclate de rire] J'étais ailleurs, totalement inconsciente. Je n’avais pas d’argent. Je ne m'attendais vraiment pas à l'impact qu’a eu la Star Ac. Je voulais chanter et prouver à ma famille que je pouvais en vivre. Ils sont tous extrêmement fiers de moi aujourd’hui.Et vous, êtes-vous fière de vous ? Oui, quand même. C'est allé au-delà de mes espérances. Pour la suite, advienne que pourra !Interview Jérémy Parayre du magazine Télé 7 joursInfo +The Voice, saison 2 : premières indiscrétions C’est (presque) fait ! Jenifer, Garou et Louis Bertignac auraient déjà donné leur accord pour une saison 2, début 2013 sur TF1. Seul Florent Pagny n’aurait pas encore signé. Outre l’arrivée de Karine Ferri en remplacement de Virginie de Clausade à l’animation des Coulisses, quelques règles pourraient changer, à en juger par la troisième saison de la version américaine. Pour rebooster la séquence des battles, la production fait revenir le fameux bouton rouge utilisé lors des auditions. Il servira après la prestation : quand le coach aura fait son choix parmi ses deux talents, les autres coachs pourront sauver l’éliminé et l'inclure dans leur équipe. Mais pas sûr qu’il en soit de même en France.