DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Indigènes : le film qui a changé l'image de Jamel Debbouze au cinéma

Indigènes : le film qui a changé l'image de Jamel Debbouze au cinéma

Indigènes : le film qui a changé l'image de Jamel Debbouze au cinéma

Indigènes : le film qui a changé l'image de Jamel Debbouze au cinéma

Indigènes : le film qui a changé l'image de Jamel Debbouze au cinéma

Indigènes : le film qui a changé l'image de Jamel Debbouze au cinéma

Indigènes : le film qui a changé l'image de Jamel Debbouze au cinéma

Indigènes : le film qui a changé l'image de Jamel Debbouze au cinéma

 Diffusé ce soir à 20h45 sur France Ô, Indigènes a permis à Jamel Debbouze de montrer une facette plus dramatique de son jeu d’acteur.Saïd Otmani. C’est le nom du personnage incarné par Jamel Debbouze dans Indigènes. Un film de Rachid Bouchareb dans lequel il se glisse dans la peau d’un soldat de la seconde guerre mondiale recruté en Afrique. Des soldats envoyés en première ligne lors des combats mais qui ont été complètement oubliés au moment de la victoire des Alliés.Un rôle qui a permis à Jamel Debbouze de décrocher un prix collectif d’interprétation à Cannes en 2006 mais dans lequel on n’attendait pas forcément le comique de Trappes. Le trublion découvert sur Radio Nova avant d’exploser sur Canal + a commencé sa carrière bien loin des films de guerre à portée politique. Ses premiers pas au cinéma, il les fait en 1996 dans la comédie Les Deux papas et la maman de Smaïn et Jean-Marc Longval.La comédie c’est d’ailleurs ce qui le porte sur grand écran. Après Zonzon de Laurent Bouhnik en 1998 puis Le Ciel, les oiseaux et ta mère de Djamel Bensalah, il incarne un touchant épicier dans Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet, avant de jouer les architectes dans Astérix et Obélix mission Cléôpatre d’Alain Chabat. Il enchaîne avec Le Boulet de Frédéric Forestier, Les Clefs de bagnole de Laurent BaffieShe Hate me de Spike Lee et Angel-A de Luc Besson.Des films bien loin de l’horreur de la Seconde Guerre mondiale et des discriminations dont ont du faire face les anciens "indigènes". Et pourtant, comme le souligne Ghislain Loustalot, auteur de notre critique, le casting est si "formidable" qu’on "en oublie (et c'est la première fois) le comique Jamel Debouzze pour découvrir le petit Saïd qui sommeillait en lui." Une vraie performance d’acteur à (re)découvrir ce soir à 20h45 sur France Ô.