DR

Il nous a fait aimé le grand bleu pour sa beauté, sa richesse et la fragilité de ses écosystèmes. Disparu en 1997, Jacques-Yves Cousteau aurait eu 100 ans en 2010. Télé 7 Jours a rencontré le fils aîné du célèbre marin, Jean-Michel, qui a réalisé le film Mon père, le commandant, diffusé aujourd'hui dans la case Grandeurs nature sur France 2, à 16h25…

Il nous a fait aimé le grand bleu pour sa beauté, sa richesse et la fragilité de ses écosystèmes. Disparu en 1997, Jacques-Yves Cousteau aurait eu 100 ans en 2010. Télé 7 Jours a rencontré le fils aîné du célèbre marin, Jean-Michel, qui a réalisé le film Mon père le commandant, diffusé aujourd'hui dans la case Grandeurs nature sur France 2, à 16h25…pagebreakQu’aviez-vous le plus envie de montrer ? Jean-Michel Coustaud : L’impact environnemental qu’a eu le commandant sur des décideurs. Des hommes comme Nicolas Hulot, Ted Turner, le créateur de la chaîne CNN, le cinéaste James Cameron, le président Michaïl Gorbatchev, fondateur de l’ONG Green Cross International… Tous reconnaissent avoir été grandement influencés par lui.pagebreak Votre documentaire est émaillé d’anecdotes très drôles : l’histoire du bateau qui tournait sur lui-même, celle de la faramineuse commande de préservatifs pour un an de navigation… Où avez-vous déniché toutes ces images d’archives ? En 1990, en fouillant dans le grenier de la maison de Sanary héritée de ma mère, Simone, j’ai trouvé de vieilles chutes de films oxydées dans des boîtes de fer. Des séquences tournées en 1937, 1938 et 1939. Mon père m’a dit "je n’en ai rien à faire, jette-les". J’ai décidé de les restaurer.pagebreak Comme l’abbé Pierre, votre père fut longtemps élu "personnalité préférée des Français". Et vous, son fils, quand avez-vous pris conscience de sa notoriété ? J’avais 18 ans quand j’ai découvert son immense popularité. C’était lors de la remise de la Palme d’or pour Le Monde du silence, réalisé par Louis Malle. Il m’avait demandé de mettre un smoking…pagebreak Ce premier long métrage a été entièrement financé par BP. Plutôt paradoxal, non? Oui, ne soyons pas hypocrite. En 1953, mon père a même tourné un film pour la compagnie, Station 307 sur la prospection pétrolière.pagebreak Le commandant aurait eu 100 ans le 11 juin 2010. Qu’avez-vous fait ce jour-là ? En la mémoire de mon père, je suis allé plonger avec les coéquipiers de son navire, la Calypso, sur le lieu de leur première expédition en 1952, au large de Bandol. Parmi eux, il y avait Albert Falco, 84 ans, toujours bon pied bon œil.pagebreak Au fait, qu’est devenue La Calypso ? Elle pourrit depuis deux ans dans le port de Concarneau. Je ne suis guère optimiste sur ses chances de réhabilitation.pagebreak Comment perpétuez-vous l’œuvre de votre père ? Via ma fondation, Ocean Future Society. A travers des projets éducatifs en Amazonie pour sensibiliser les jeunes à la protection de la forêt. Mais aussi dans la construction de fermes à poissons et à algues, notamment au Kenya. Je dois d’ailleurs bientôt rencontrer le président Obama dont la fille aînée souhaite devenir biologiste. Mes enfants, Céline et Fabien ont eux aussi repris le flambeau.pagebreak Quel dernier souvenir gardez-vous de votre père ? Peu avant sa mort, à l’hôpital, il ne pouvait plus parler. Il communiquait avec moi en morse en me serrant la main. Ses derniers mots : "Je suis content que tu continues."pagebreak Intreview Marie-Pierre Fromenti pour Télé 7 Jours