DR

Hier, le conseil des prud'hommes de Boulogne-Billancourt a rendu son verdict concernant un différend entre la société de production Freemantle Média et une ancienne salariée. Une décision défavorable à Freemantle Média comme le rapporte Le Parisien.

Hier, le conseil des prud'hommes de Boulogne-Billancourt a rendu son verdict concernant un différend entre la société de production Freemantle Média et une ancienne salariée. Une décision défavorable à Freemantle Média comme le rapporte Le Parisien.Hier, c'est satisfait que Maitre Jérémie Assous et sa cliente sont sortis de la salle d'audience du conseil des prud'hommes de Boulogne-Billancourt. Ils ont réussi à faire condamner la société de production Freemantle Média, qui produit notamment D&Co, X Factor, Questions pour un Champion ou encore Le Juste Prix.Cette ex-salariée de la société de production, recrutée en 2007 pour travailler sur D&Co, réclamait la requalification de son CDD en CDI. Le Parisien, précise alors que le code du travail permet l'accumulation de CDD dans le secteur de l'audiovisuel car la durée de vie d'une émission n'est jamais connue à l'avance mais que la décision rendue hier pourrait bien remettre en cause ce système.En effet, les prud'hommes ont décidé hier de donner raison à la plaignante car D&Co existe depuis 2006 et qu'il n'y a pas de raison qu'elle disparaisse. Le tribunal a donc requalifié le contrat de travail de la plaignante en CDI et condamné la société Freemantle Média à lui verser 160 000 euros d'indemnités.Si Freemantle Média a décidé de faire appel de cette décision, maître Jérémie Assous, qui avait déjà obtenu gain de cause aux candidats de l'île de la tentation en faisant requalifier leur contrat de participation en contrat de travail, se félicite de ce verdict.Il voit même dans ce verdict, une décision appelée à faire jurisprudence lorsqu'il déclare : "J'ai quatre dossiers du même ordre en attente de jugement et huit autres salariés m'ont contacté depuis le verdict".