France 2

Invité d'On n'est pas couché samedi soir, Franck Gastambide s'est confié sur son enfance et son prochain film Good Luck Algeria.

 

Depuis le succès des Kaïra et de Pattaya qui a dépassé les 1,7 million de spectateurs, Franck Gastambide est la nouvelle coqueluche de la comédie en France. Mais rien ne prédestinait le comédien et humoriste à devenir scénariste et réalisateur. Eternel "dernier de la classe" dans son enfance, il a "grandi dans une famille où on avait l'impression qu'il était un débile", a-t-il confié samedi dans On n'est pas couché (France 2). 

S'il n'a jamais brillé à l'école, c'est parce qu'il est "dyslexique, à un point très touché", a-t-il expliqué. "J'ai du mal avec l'apprentissage des langues étrangères, j'ai zéro dans toutes les rédactions car je fais trois fautes par phrase, ça doit beaucoup les surprendre que j'écrive des scénarios tout seul, que j'apprends des textes pour faire l'acteur, que j'ai développé des capacités d'autodidacte qui font que je n'ai jamais pris un cours de comédie de ma vie (...) je n'ai jamais appris à réaliser, à écrire un scénario (sic)", poursuit-il.

"Je n'ai pas le niveau de Sami Bouajila"

C'est grâce à des sketchs diffusés sur la toile que Franck Gastambide, qui avoue ne pas "avoir vu son père depuis dix ans", s'est fait connaître.  Il se trouve donc chanceux de jouer aujourd'hui avec "Chiara Mastroianni et Sami Bouajila" avec qui il partage l'affiche de Good Luck Algeria.  "Je passe de mes petits sketchs sur internet à donner la réplique à un mec qui à un prix d'interprétation à Cannes (...) C'est la première fois que je travaillais autant mon texte, j'avais vraiment peur. J'avais peur que la différence de niveau se voit car elle existe. (...) Je suis conscient de ne pas avoir le niveau de ce garçon", confie-t-il en évoquant Sami Bouajila.

Présent à ses côtés sur le plateau du talk-show de France 2, Sami Bouajila est revenu sur sa collaboration avec Abdellatif Kechiche pour La Faute à Voltaire. "II y avait déjà des polémiques qui se créaient sur cette chose là que je tiens à démystifier. On s'inscrivait pleinement dans la démarche d'Abdel en tout cas pour nous diriger. (...) Je n'ai pas peur en tant qu'acteur de l'âpreté, de la rigueur que peut avoir le metteur en scène, mais c'est réduire la démarche de Kechiche qui est très spirituelle, qui a une direction d'acteurs assez subtile et pointue. Il est sanguin, il parle comme ça, il dirige comme ça mais bon, je n'étais ni surpris ni déstabilisé."

L'histoire de Good Luck Algeria qui sort le 30 mars 2016 : 

Sam et Stéphane, deux amis d’enfance fabriquent avec succès des skis haut de gamme jusqu’au jour où leur entreprise est menacée. Pour la sauver, ils se lancent dans un pari fou : qualifier Sam aux Jeux Olympiques pour l’Algérie, le pays de son père. Au-delà de l’exploit sportif, ce défi improbable va pousser Sam à renouer avec une partie de ses racines.

La bande annonce du film :