Dans son édition d'aujourd'hui, le journal satirique Le Canard Enchaîné s'est penché sur les dépenses en conseils de France Télévisions depuis ses deux dernières années. Au total, sur cette période, le groupe aurait dépensé 22,1 millions d'euros pour se faire conseiller.

Dans son édition d'aujourd'hui, le journal satirique Le Canard Enchaîné s'est penché sur les dépenses consacrées aux conseils de "consultants extérieurs" entre 2009 et 2010 par France Télévisions. Au total, sur cette période, le groupe aurait dépensé 22,1 millions d'euros pour se faire conseiller.Le Canard Enchaîné s'est procuré un document diffusé lors d'un comité d'entreprise, qui "donne les grandes lignes budgétaires des missions confiées à des boîtes privées par France Télés." Les sommes qui en ressortent donnent le tournis.Conseils en communication, en stratégie, en marketing, en management, en relations publiques, en ressources humaines, autant de domaines pour lesquels le groupe audiovisuel public aurait dépensé 22,1 millions d'euros en deux ans en s'offrant les services d'une soixantaine de cabinets de consultants. A titre d'exemple, révélé par Le Canard Enchaîné, la direction générale de France Télévisions aurait dépensé 13,3 millions d'euros auprès d'une douzaine d'entreprises pour se faire conseiller sur "la mise en place de l'entreprise commune", "la cession de la régie publicitaire", "des missions d'expertises" et "des études diverses".La direction du personnel a aussi dépensé 2,7 millions d'euros pour financer des études sur "le développement des ressources humaines", "l'accompagnement et le recrutement" ou encore sur "le système de rémunération des cadres dirigeants".Et le constat est le même pour tous les services du groupe audiovisuel public mais, pour Martin Ajdari, le directeur général délégué à la gestion et aux finances de France Télévisions, si France Télévisions n'utilise pas les compétences de ses 11 000 salariés pour réaliser ce genre d'étude c'est "par manque de temps et de disponibilité". Pour défendre l'équipe dirigeante actuelle, il déclare également qu'il s'agit "d'engagements antérieurs à la prise de fonction de Rémy Pflimlin, liés pour beaucoup à la mise en place de l'entreprise commune France Télévisions". Il promet également que désormais "le volume de ces commandes va fortement baisser".Conflits d'intérêts ?Seulement Le Canard Enchaîné relève aussi que bon nombre de ces cabinets de consulting sont dirigés par des anciens cadres de France Télévisions. Ainsi, Charles Greber, l'ancien conseiller pour les affaires extérieures à la direction du groupe, continue de conseiller la direction du groupe mais par l'intermédiaire de son propre cabinet. Autre exemple : celui de Bastien Millot, ancien numéro trois du groupe qui depuis 2008 a monté son entreprise de communication et passé plusieurs contrats avec France Télévisions. Et les exemples rapportés par Le Canard Enchaîné sont nombreux.D'après le journal, Patrick de Carolis, à la tête de France Télévisions au moment des faits, n'était pas joignable pour commenter ces informations.