DR

Elles arborent le même maillot bleu, mais n’ont pas la même reconnaissance que les protégés de Laurent Blanc. Focus sur les filles de l’équipe de France de football en route, fin juin, pour le Mondial 2011. Suivez la rencontre amicale face à la formation belge ce soir à 20h40 sur Direct 8. Interview Élise Bussaglia par Télé 7 jours.

Elles arborent le même maillot bleu, mais n’ont pas la même reconnaissance que les protégés de Laurent Blanc. Focus sur les filles de l’équipe de France de football en route, fin juin, pour le Mondial 2011. Suivez la rencontre amicale face à la formation belge ce soir à 20h40 sur Direct 8. Interview Élise Bussaglia par Télé 7 jours. Buts en rafales et actions de rêve : l’équipe de France féminine a survolé les qualifications pour la Coupe du monde 2011, qui se disputera en Allemagne du 26 juin au 17 juillet. Mais malgré ses onze victoires et ses 53 buts marqués contre seulement deux encaissés, elle reste dans l’ombre médiatique des Bleus. En 2009, en mal de reconnaissance, certaines Bleues avaient posé nues avec comme seule légende : "Faut-il en arriver là pour que vous veniez nous voir jouer ?" Cette année, elles veulent briller au Mondial pour gagner le cœur des Français et attirer l’attention des médias. Rencontre avec un des meilleurs atouts de l’équipe, la milieu de terrain du PSG Élise Bussaglia, élue meilleure joueuse du Championnat de France féminin.L’équipe de France féminine, huitième au classement mondial, peut-elle gagner la Coupe du monde ?Oui ! On a prouvé durant les éliminatoires que l’on avait un groupe très compétitif, animé d’un bon état d’esprit.Un sacre qui pourrait vous sortir de l’anonymat...Nous sommes conscientes qu'il faut des titres pour obtenir une plus grande médiatisation. Mais l'objectif est également de développer du beau jeu afin de donner envie aux petites filles de pratiquer ce sport.Comment avez-vous atterri sur un terrain de football ?Avec un papa et deux frères footeux, c’était la destination du week-end. Puis c’est rapidement devenu une passion. Et jusqu’à 14 ans, j’ai joué dans un club de garçons.Aujourd’hui, cette passion vous fait-il vivre ?Non ! Les footballeuses françaises ne sont ni riches, ni célèbres. J’ai 80 sélections, un titre de meilleure joueuse et pas de sponsors. Heureusement, j’ai un métier : professeur des écoles.Après France - Belgique, dernier match de préparation avant le Mondial, Direct 8 diffuse un documentaire, En Bleu comme eux, sur le quotidien de l’équipe de France féminine. Contente du résultat ? C‘est un bon état des lieux du football féminin en France. On voit que ce n’est pas facile de concilier un travail rémunéré et quatre entraînements par semaine. On découvre également, à travers l’expérience de Camille Abily, comment le football féminin est considéré aux États-Unis. Là-bas, la pratique de ce sport par les femmes ne semble plus faire débat. Il faut que les mentalités changent...Alexandre Alfonsi du magazine Télé 7 jours.