DR

D’après le quotidien Le Monde, le groupe international Endemol, spécialiste de la télé-réalité serait actuellement en proie à de graves difficultés financières. Le montant de ses dettes atteindrait d’ailleurs les 2 milliards d’euros.

D’après le quotidien Le Monde, le groupe international Endemol, spécialiste de la télé-réalité serait actuellement en proie à de graves difficultés financières. Le montant de ses dettes atteindrait d’ailleurs les 2 milliards d’euros.L’avenir du géant néerlandais Endemol, spécialiste de la télé-réalité, à qui ont doit notamment Loft Story ou encore Secret Story semble bien incertain, la faute à de graves difficultés financières. Le groupe fondé en 1994 est aujourd’hui implanté dans plus de 30 pays dont la France et a réalisé en 2010 un bénéfice net de 153 millions d’euros pour un chiffre d’affaires de plus d’1,2 milliards d’euros.Mais tout ne serait pas rose dans cette entreprise. Bien que rentable, Endemol connaitrait actuellement de graves difficultés financières à cause d’une dette de 2 milliards d’euros. C’est en tout cas ce qu’affirme le quotidien français Le Monde. Des dettes énormes qui seraient dues, toujours d’après le journal, au rachat du groupe en 2007 par le trio Goldman Sachs, Mediaset (la société de Silvio Berlusconi) et Cyrtes.Explications. Ce trio d’actionnaires aurait racheté Endemol pour 2, 8 milliards d’euros, un montant jugé aujourd’hui surévalué et qui aurait donc été transformé directement en dettes par l’entreprise. Ajouté à ça les nouveaux concepts moins rentables que ne l'est Loft Story ou encore la crise du secteur audiovisuel, les comptes de l’entreprise se garnissent donc moins qu’auparavant. Et ce n’est pas la filiale française qui va faire grimper tout ça. Après l’échec de Carré Viiip, arrêté après 13 jours seulement d’antenne et des audiences plus que décevantes, les relations entre TF1 et le groupe français en ont pris un sacré coup.La question se pose désormais de l’avenir d’Endemol. Toujours d’après le quotidien, la revente de l’entreprise serait hasardeuse du fait des dettes trop importantes. Autre solution : une réinjection de capitaux de la part du trio d’actionnaires. Mais les avis divergent entre les trois grands groupes et ils risquent gros s’ils ne parviennent pas à un accord. Le risque : que les créanciers transforment leurs créances en actions et prennent ainsi le contrôle du groupe.Menace pour la télé-réalité mondiale ou pas, le monde audiovisuel a désormais les yeux rivés sur cette affaire.