DR

Première de leur huit collaborations ensemble, Edward aux mains d'argent reste l'une des plus marquantes. Retour sur les tous débuts d'une des associations les plus prolifiques de sa génération.

Ce soir, France 4 remonte aux origines de l'amitié de cinéma qui lie depuis un quart de siècle Johnny Depp et son metteur en scène fétiche, Tim Burton. Les deux hommes se sont en effet rencontrés pour la première fois avec Edward aux mains d'argent, premier des huit chapitres qui (pour l'instant) constituent l'un des duos les plus prolifiques et marquants du cinéma contemporains.

Plus qu'un détonateur dans leurs carrières respectives, Edward aux mains d'argent, qui fête ses vingt-cinq ans cette années outre-Atlantique (le film n'est sorti qu'en avril 1991 en France), fut avant tout le film de la confirmation pour les deux hommes. Ancien animateur chez Disney, Tim Burton surfait sur le carton quelques mois plus tôt du premier de ses deux Batman, qu'il réalise pour la Warner. C'est pourtant pour la Fox (qui rachète les droits à la Warner avant le carton de Batman) qu'il réalise ce film intime aux accents autobiographiques prononcés, un projet de jeunesse dans lequel il fait revivre sa Burbank natale avec son sens caractéristique à la fois poétique, enfantin et inquiétant.

Johnny Depp, quant à lui, est aussi un nom en vogue à Hollywood. Il est depuis 1987 la star de 21 Jump Street, qui fait de lui une star auprès du jeune public et un sex-symbol pour adolescentes. Un statut qui agace passablement le jeune homme, qui ne veut pas se laisser enfermer dans des rôles dans des teen movies. C'est pourtant dans la peau d'un jeune homme hypersensible qui découvre son humanité qu'il va devenir l'une des plus grandes stars hollywoodiennes.

Le rendez-vous raté de Tom Cruise

Si la rencontre entre Burton et Depp fait aujourd'hui partie des livres d'histoire du cinéma, elle n'est due qu'à la pugnacité du réalisateur, qui doit se battre contre l'avis des producteurs. En effet, si Burton convainc très rapidement la Fox d'engager Winona Ryder, qu'il avait révélé dans Beetlejuice, la Fox veut lui imposer un autre nom, plus ronflant, pour le rôle d'Edward, celui d'une des stars incontournables de la fin des années 80 : Tom Cruise. C'est en effet lui qui, le premier, passe l'audition pour le rôle d'Edward.

Une audition qui ne satisfera pas vraiment Burton, notamment lorsque Tom Cruise propose de corriger la fin du film pour la rendre plus légère. Dans son livre d'entretiens avec Mark Salisbury, Tim Burton se souvenait de ce rendez-vous raté : "C'est toujours la même chose. On vous remet une liste en vous disant : "Voilà les cinq premiers comédiens du box-office !". Et sur ces cinq, il y a Tom Cruise, Tom Cruise et Tom Cruise. J'ai appris à ne pas me braquer tout de suite. Ce n'était certainement pas le comédien de mes rêves, mais j'ai bien voulu le rencontrer. C'est quelqu'un d'intéressant mais je suis plutôt content qu'on en soit resté là. Il a posé des questions sur le personnage – des questions si nombreuses que je ne pourrais plus vous dire lesquelles".

Parmi les acteurs qui font alors connaître leur intérêt, on trouve un certain Johnny Depp. Dans la préface qu'il signe pour le livre de Salisbury, l'acteur se souvient de sa première impression sur le script d'Edward aux mains d'argent : "J'ai lu le script d'une seule traite et j'ai pleuré comme un nouveau-né. Bouleversé que quelqu'un soit suffisamment brillant pour concevoir, puis écrire, cette histoire, je me suis replongé dedans immédiatement. J'ai été si ému que des torrents d'images submergeaient mon cerveau – celles des chiens de mon enfance, des moments où en grandissant je me sentais rejeté et décalé". Persuadé d'être le "p'tit minet de la télé", Johnny Depp décroche néanmoins une rencontre avec Tim Burton.

Une rencontre "étrange et électrisante"

Si Depp est à l'époque une star du petit écran, il ne l'est pourtant pas aux yeux de Burton, qui accepte de le rencontrer sur la recommandation de certains de ses proches : "Il était dans cette série télé que... en fait, ce qui était parfait pour moi, c'est que je n'avais jamais vu cette série. Je ne savais pas vraiment qui il était. Je ne l'avais jamais vraiment vu dans quoi que ce soit. Mais évidemment, son nom est arrivé à mes oreilles. Donc je l'ai rencontré comme ça, dans un café. Et c'était la meilleure des choses possibles, car je n'avais aucune idée préconçue sur lui en tant qu'acteur", confie Burton au site Entertainment Weekly à l'occasion des vingt-cinq ans du film.

Le café en question est celui du Bel Age Hotel de Los Angeles où Johnny Depp rencontre pour la première fois Tim Burton en compagnie de sa productrice Denise Di Novi. Bien évidemment, cette rencontre entre deux caractères aussi forts que marginaux fut tout sauf conventionnelle. Toujours chez Salisbury, Johnny Depp se rappelle de ce moment qui changea à jamais le destin des deux artistes.

"En face de moi, j'avais un homme pâlot, apparemment fragile, l'œil triste et les cheveux encore plus hirsutes que si on les avait filmés au réveil. [...] Et puis soudain, une masse de deux tonnes s'est abattue sur mon front. Ses mains – la manière dont elles ondulaient dans l'air presque sans aucun contrôle, dont elles tapotaient nerveusement sur la table –, sa façon compassée de s'exprimer – un trait de caractère que nous partageons tous les deux –, ses yeux ouverts et brillants venus de nulle part, ses yeux curieux qui en avaient beaucoup vu, mais continuaient, néanmoins, à tout scruter... Bref, ce fou furieux hypersensible n'était autre qu'Edward aux mains d'argent".

Le tournant de deux carrières

La rencontre entre les deux hommes fut au final le point de départ d'une longue amitié de cinéma, scellée grâce au personnage lunaire d'Edward, un des nombreux avatars filmiques de Tim Burton auxquels Johnny Depp a prêté son apparence. "Lors de cette première rencontre, j'ai su qu'il était fait pour le rôle. Simplement parce qu'il avait l'air de quelqu'un qui semblait dans ce truc avec 21 Jump Street. Mais ce n'était pas lui. Il était donc comme le personnage, vous savez ? Quelqu'un qu'on perçoit d'une certaine façon et qui est en réalité tout autre chose", confiait récemment le cinéaste à Entertainment Weekly.

Film emblématique de l'esprit mélancolique, poétique et horrifique de Tim Burton, Edward aux mains d'argent établit définitivement le réalisateur parmi les cinéastes qui allaient marquer leur époque. Le film connut un beau succès aux États-Unis, trouva même son public en France avec près de 800.000 entrées, et décrocha au passage une nomination à l'Oscar du meilleur maquillage. Johnny Depp, quant à lui, tomba amoureux de Winona Ryder sur le tournage et décrocha sa première nomination (sur dix au total) aux Golden Globes. Depuis, les deux hommes ont travaillé de nouveau sur sept autres longs-métrages, et referont bientôt équipe pour la suite d'Alice au pays des merveilles, De l'autre côté du miroir, dont Burton ne sera cependant cette fois-ci que producteur.

L'histoire d'Edward aux mains d'argent : Le jeune Edward Scissorhands n'est pas un être humain comme les autres. Il a été créé de toutes pièces par un inventeur qui est mort avant d'avoir pu lui greffer des mains. Et la pauvre créature s'est retrouvé avec des lames de métal, des instruments très tranchants à la place des doigts. Un jour, Peg Boggs, représentante en produits de beauté, sonne à sa porte. Touchée par Edward, caché dans un coin, cette mère de deux enfants décide d'installer le jeune homme chez elle, dans son petit pavillon de banlieue. Très vite, il se fait accepter par tout le monde et se rend utile. Avec ses mains, Edward peut tailler chiens ou chevelure des dames, sculpter buissons ou blocs de neige pour en faire de véritables oeuvres d'art. Il est secrètement amoureux de Kim, la fille de Peg. Mais un jour, il se laisse convaincre par le petit ami de Kim de l'aider à commettre un hold-up. Il se fait prendre et se retrouve seul à porter le chapeau du cambriolage. Un autre jour, il provoque involontairement la mort d'un jeune homme. Tout le quartier se retourne contre lui, même ses parents adoptifs, alors Edward s'enfuit.

Edward aux mains d'argent est diffusé ce soir à 20h50 sur France 4.

A lire aussi sur Première

Comment Michael Keaton a créé Betlejuice

Personnage burtonien dans l'âme, Beetlejuice est aussi le reflet du travail de l'acteur fétiche de Tim Burton dans ce film diffusé ce soir sur Paris Première.