A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau aujourd’hui mardi 22 mars 2011, Arte diffuse à 20h40 Water Makes Money, le documentaire coup de poing sur le business de l’eau réalisé par Leslie Franke et Herdolor Lorenz, qui ont répondu à nos questions. Extrait !

A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau aujourd’hui mardi 22 mars 2011, Arte diffuse à 20h40 Water Makes Money, le documentaire coup de poing sur le business de l’eau réalisé par Leslie Franke et Herdolor Lorenz, qui ont répondu à nos questions. Extrait ! Water Makes Money sera diffusé ce soir à 20h40 sur Arte. Ce documentaire plonge dans les eaux troubles du business de l’eau, dont les groupes Suez et Veolia sont les leaders incontestés ; en France ils approvisionnent près de 80,0% de la population. Une enquête citoyenne, financée par des municipalités et des concitoyens, sur les dangers de l’hégémonie de Suez et Veolia (dans les médias, les partis politiques, les ONG, les universités…) ainsi que sur les pratiques du partenariat public-privé (PPP) et ses conséquences pour les usagers. Nous avons contacté les réalisateurs Leslie Franke et Herdolor Lorenz, qui ont répondu à nos questions.pagebreakPensiez-vous qu’il serait possible de réaliser un tel documentaire ?La question n’était pas de savoir si c’était possible, mais si c’était nécessaire. C’était nécessaire de faire un film sur Suez et Veolia, parce qu’ils sont présents partout dans le monde. Concernant les difficultés de faire ce film, Suez et Veolia se comportent comme toutes les grandes entreprises dans le monde. Nous avons insisté longtemps pour faire des interviews avec eux. Suez a décidé de nous parler, mais pas Veolia. Evidemment, pour un tel film, nous avions besoin de gens qui sont encouragés à parler de leur expérience et de leurs recherches avec Suez et Veolia. De même que le soutien de représentants de municipalités qui veulent que l’eau revienne dans les mains publiques était très important. Nous sentions tous qu’il était temps de parler de ces sujets-là.pagebreakAvez-vous subi la pression de Suez et Veolia durant le tournage ?Il n’y eut aucune pression de la part de Suez et Veolia durant le tournage. Suez a décidé de participer et Veolia a refusé, après un an et demi de négociations. Mais la pression, c’est maintenant que Veolia poursuit le film en justice pour diffamation dans le but d’obtenir des dommages et intérêts. Ce n’est pas démocratique dans le sens de la liberté de la presse. Ils avaient la possibilité de répondre à toutes les parties du film critiquées, mais ils ont refusé et maintenant ils nous poursuivent en justice. Mais nous sommes très optimistes. Tous les faits montrés dans le film sont prouvés plusieurs fois. Plusieurs avocats les ont examinés.Avez-vous subi des pressions de la part d’autres organisations ? (services publics, gouvernements…)Seulement du fait que les gens à qui nous avons demandé des interviews ont refusé.Veolia tente-t-il d’interdire la diffusion de Water Makes Money à la télévision ?Nous avons été informés le 22 décembre 2010 de la plainte (de Veolia ndlr). Une interdiction du film était alors très possible. Nous avons rendu la plainte publique très vite, de sorte que des milliers de gens soit au courant et relaient l’information à travers leurs réseaux. Ainsi, en France également les médias ont commencé à s’y intéresser. Nous pensions qu’il y avait une pression sur Arte. Nous en avions déjà fait l’expérience avec notre dernier film Eau : service public à vendre. De manière évidente, l’intervention de Veolia a rendu possible que le fait que le film ne soit plus diffusé sur la télévision allemande.pagebreakQuel impact aura le documentaire sur le public ? Sur Suez et Veolia ? Sur le business de l’eau ?Le film entame et soutient une discussion publique à propos du contrôle privé et public de thématiques de base comme l’eau. Expressément en France en ce moment, les deux tiers des communautés doivent en discuter car les contrats se terminent. De même dans tous les pays, c’est un grand besoin et même une urgence de parler du partenariat public-privé (PPP). Il y avait plus de six cent projections après la première en septembre 2010. Services d’utilité publique, représentants de communautés, hommes politiques, universités, écoles, églises, activistes de toutes les sphères de la société civile… Voilà qui programme le film. Le mois dernier, le film a participé au référendum à succès concernant la publication des contrats secrets des services publics de Berlin avec Veolia. L’eau ne devrait pas être un business, pas un produit pour faire du profit. L’eau est un droit humain. Sans eau, pas de vie, pas de développement. La protection de l’eau est seulement possible sous contrôle public. L’eau dans les mains publiques est une question de démocratie. Suez a pris part à beaucoup de projections en France et a discuté avec le public. Il devrait y avoir un changement dans leur compréhension de leur rôle en tant qu’entreprises privées, qui n’est pas de régir les services de l’eau. Et les politiciens, les municipalités devraient reconnaître et reprendre leurs responsabilités. Un bon nombre d’exemples montre que c’est possible, comme celui de Paris.pagebreak(Pour)suivez l’ouverture du débat sur la gestion de l’eau, ressource vitale humaine et enjeu des futurs conflits d’intérêts mondiaux, ce soir à 20h40 sur Arte.pagebreakAugustin Charpentier