DR

Le CSA est intervenu auprès de Direct Star après la diffusion lors du magazine Enquêtes très spéciales, d’extraits d’œuvres pornographiques montrant de manière crue des actes sexuels non simulés.

Le CSA est intervenu auprès de Direct Star après la diffusion lors du magazine Enquêtes très spéciales, d’extraits d’œuvres pornographiques montrant de manière crue des actes sexuels non simulés.Le numéro d’Enquêtes très spéciales diffusé le 24 mars 2011 a semble-t-il retenu l’attention du CSA. Ce programme, dont le credo est le magazine de l’info très sexy et libéré a en effet osé diffusé des extraits tirés d’un film pornographique ainsi que des séquences plutôt crues d’actes sexuels non simulés. Problème : le programme n’était interdit qu’au moins de 16 ans alors que la législation en vigueur précise que la signalétique doit être adaptée lors de la diffusion d’œuvres pornographiques. En clair un film pornographique étant interdit aux moins de 18 ans, ce magazine produit par Marc Dorcel, le roi du film X français, aurait donc du afficher la signalétique "-18 ans" lors de la diffusion de ces séquences. Le CSA considère en effet que les programmes pornographiques sont "susceptibles de nuire à l'épanouissement physique, mental ou moral des moins de 18 ans"Le CSA a donc tenu à rappeler à Direct Star les règles de diffusion concernant des séquences sexuelles.