DR

Dans un entretien accordé au Monde, le président de TF1, Nonce Paolini, a accusé Canal+ de concurrence déloyale. Des propos qui relancent la guerre autour de l'attribution des chaînes bonus.

Dans un entretien accordé au Monde, le président de TF1, Nonce Paolini, a accusé Canal+ de concurrence déloyale. Des propos qui relancent la guerre autour de l'attribution des chaînes bonus.En 2005, lorsque la TNT fût lancée, le gouvernement promit aux trois chaînes historiques (TF1, M6 et Canal+) un canal supplémentaire sur la TNT gratuite. Ceci en compensation du préjudice causé par le passage au tout numérique.En faisant cette promesse, le gouvernement ne pensait sûrement pas déclencher une guerre entre TF1 et Canal+. Car voilà, Canal+ a annoncé il y a quelques mois vouloir utiliser ce canal bonus pour lancer une chaîne généraliste destinée aux CSP+ sur la TNT gratuite sous le nom de Canal 20.Une décision qui ne plait pas à TF1, qui par l'intermédiaire de son président accuse le groupe Canal+ de concurrence déloyale. "L'arrivée, en clair, du Canal 20 de Canal+ crée une situation inacceptable" a déclaré Nonce Paolini au journal Le Monde. "Ces canaux sont dus à TF1, à M6 et à Canal+ pour compenser un préjudice dû au passage de l'analogique ay numérique. Vouloir, comme Canal+, compenser un prétendu préjudice sur un autre marché que le sien est étrange […] Ce n'est pas un combat contre une entreprise mais pour une concurrence loyale" a conclut Nonce Paolini.Pour résumer, TF1 n'a pas envi de partager le gâteau publicitaire et les audiences avec le Groupe Canal+. Actuellement, les deux chaînes ne sont pas en concurrence direct puisque Canal+, la seule chaîne généraliste du groupe est payante. Les chaînes gratuites du groupe étant thématiques, elles ne concurrencent pas TF1 directement, ce que ferait Canal 20 si la chaîne venait à naître. Le gouvernement prévoit l'attribution de ces canaux bonus en novembre prochain mais une enquête lancée par les services de la concurrence de la Comission Européenne pourrait bien remettre en cause cette attribution. La Commission ayant demandé au gouvernement français de justifier cette attribution arbitraire. L'attribution de canaux devant normalement se faire par appel d'offres, et ce au nom de la libre concurrence.Une guerre entre TF1 et Canal+ qui est donc peut-être déjà perdue par les deux camps si le gouvernement n'arrive pas à convaincre la Commission Européenne d'autoriser ces attributions.En attendant, Bertrand Méheut, le président du Groupe Canal+ n'a pas répondu à l'attaque caractérisé de son concurrent.