DR
Canal+

Cérémonie des César : les moments les plus émouvants en vidéo

Cérémonie des César : moments les plus émouvants

Le cinéma français a rendez-vous ce vendredi 28 février 2014 sur Canal+, en clair. A cette occasion, petit retour en arrière pour revoir les meilleurs moments des 38e dernières cérémonies des César.Les César est une cérémonie comme les autres. Avec son lot de robes de soirées, de décolletés, de smokings et n?uds papillons, d?applaudissements, sourires convenus et bien sûr, de discours. Plus ou moins réussis. Plus ou moins émouvants, plus ou moins drôles.L?émotion, comme celle d?Annie Girardot. En 1996, l?actrice reçoit le César de la meilleure actrice de second rôle pour son rôle dans Les Misérables de Claude Lellouche. "<em>Je ne sais pas si j?ai manqué au cinéma français, mais à moi le cinéma français a manqué? follement, éperdument, douloureusement.  Votre témoignage, votre amour me font penser que peut-être, je ne suis pas tout à fait morte.</em>" Un moment intense d?émotion. Les larmes coulent sur scène et dans la salle, qui se lève pour ovationner cette grande dame du cinéma français, décédée le 28 février 2011.Autre moment incontournable : le César du meilleur espoir féminin remis à Charlotte Gainsbourg pour L'Effrontée. L?actrice a alors seulement 15 ans. Assise près de sa mère Jane Birkin, et son père Serge Gainsbourg, elle se lève, sonnée à l?annonce de son nom. Suivra un discours murmuré, en pleurant devant son père resté debout.Emotion, toujours, pour Romane Bohringer en 1993. Elle reçoit le César du meilleur jeune espoir féminin pour son rôle dans Les Nuits fauves, devant un Richard Bohringer tout aussi ému.L?émotion, décidément source inépuisable de séquences cultes. Elle joue en effet des tours à Vanessa Paradis en 1991. Au moment d?annoncer le nom de la lauréate du César du jeune espoir féminin, elle annonce par erreur la victoire de Judith Godreche à la place de Judith Henry.On se souvient également de Coluche recevant son César du meilleur acteur en 1984 pour son rôle dans Tchao Pantin de Claude Berri, ou l'hommage de Vincent Cassel rendu à son père lors de sa victoire du César du meilleur acteur.

Le cinéma français a rendez-vous ce vendredi 20 février 2015 sur Canal+, en clair, pour la 40e Nuit des César qui va célébrer la production française de ces douze deniers mois. A cette occasion, petit retour en arrière pour revoir les meilleurs moments des 39e premières cérémonies des César.Les César est une cérémonie comme les autres. Avec son lot de robes de soirées, de décolletés, de smokings et nœuds papillons, d’applaudissements, sourires convenus et bien sûr, de discours. Plus ou moins réussis. Plus ou moins émouvants, plus ou moins drôles.L’émotion, comme celle d’Annie Girardot. En 1996, l’actrice reçoit le César de la meilleure actrice de second rôle pour son rôle dans Les Misérables de Claude Lellouche. "Je ne sais pas si j’ai manqué au cinéma français, mais à moi le cinéma français a manqué… follement, éperdument, douloureusement.  Votre témoignage, votre amour me font penser que peut-être, je ne suis pas tout à fait morte." Un moment intense d’émotion. Les larmes coulent sur scène et dans la salle, qui se lève pour ovationner cette grande dame du cinéma français, décédée le 28 février 2011.Autre moment incontournable : le César du meilleur espoir féminin remis à Charlotte Gainsbourg pour L'Effrontée. L’actrice a alors seulement 15 ans. Assise près de sa mère Jane Birkin, et son père Serge Gainsbourg, elle se lève, sonnée à l’annonce de son nom. Suivra un discours murmuré, en pleurant devant son père resté debout.Emotion, toujours, pour Romane Bohringer en 1993. Elle reçoit le César du meilleur jeune espoir féminin pour son rôle dans Les Nuits fauves, devant un Richard Bohringer tout aussi ému.L’émotion, décidément source inépuisable de séquences cultes. Elle joue en effet des tours à Vanessa Paradis en 1991. Au moment d’annoncer le nom de la lauréate du César du jeune espoir féminin, elle annonce par erreur la victoire de Judith Godreche à la place de Judith Henry.On se souvient également de Coluche recevant son César du meilleur acteur en 1984 pour son rôle dans Tchao Pantin de Claude Berri, ou l'hommage de Vincent Cassel rendu à son père lors de sa victoire du César du meilleur acteur.