DR

Au programme du mercredi 8 juin 2016, Amy Winehouse, football et sado-masochisme.

Amy d’Asif Kapadia

Ne comptez pas sur ce documentaire pour découvrir des révélation énormes sur Amy Winehouse, car Asif Kapadia ne dévoile finalement pas grand-chose. Surtout si vous êtes fans de la chanteuse. Il réalise cependant un film audacieux et intime. Et puis il y a la musique puissante, la voix entêtante de l'artiste, qui valent à elles seules d’y jeter un œil – et d’ouvrir grand les oreilles. « Elle chantait comme une reine, d’une voix à vous briser le coeur, et a enregistré l’un des plus grands disques de ce début de millénaire. Mais pourquoi Amy Winehouse était-elle aussi triste ? À cause de son enfance pourrie ? De son boyfriend toxique ? Ou de ce maudit blues qui ronge l’âme sans raison ? C’est la question posée par ce documentaire empathique, ambitieux formellement (la durée-fleuve, les intervenants relégués hors champ...) et forcément très émouvant, mais qui finit malgré lui par ressembler à un épisode de "Hollywood Story", à force de morbidité tabloïde et d’obsession trash irrépressible. À la fin, le mystère reste entier. Les chansons, elles, sont bien sûr sublimes. Mais ni plus ni moins qu’avant. »

 

Amy sera diffusé ce soir à 21h sur Canal +

La Vénus à la Fourrure de Roman Polanski
Avant d’être l’heureux vainqueur de son quatrième César du meilleur réalisateur pour ce film, Roman Polanski avait fait sensation au festival de Cannes en 2013. Sans doute parce qu’il s’agit d’une véritable ode à la femme. Et même à sa femme, puisque c’est Emmanuelle Seigner qui en est l’héroïne. « Anti-machiste, La Vénus à la fourrure taille la part belle au sexe dit faible en mettant le sexe fort au pilori, littéralement, aliéné par ses désirs et ses pseudo-certitudes, en permanence remises en question. Mais c’est aussi un hommage aux acteurs. Sur cette scène de théâtre filmé, comme mis sous verre, on peut entrevoir les nuances du jeu, l’importance du comédien et la magie qui se dégage quand l’alchimie opère. Et dans ce ping-pong incessant, ce sont eux qui ressortent, Mathieu Amalric, étonnant, et Emmanuelle Seigner dans un show qu’elle n’avait jamais fait auparavant, dévoilant, pour ceux qui en doutaient, l’immense palette de son talent. »

 

La Vénus à la fourrure sera diffusé ce soir à 20h55 sur Arte

 

Les Petits Princes de Vianney Lebasque
France 4 profite du lancement de l’Euro 2016 pour diffuser un film sur le football, petit mais costaud. Sorti en 2013, Les petits Princes suit un adolescent intégrant un centre de formation. Le résultat est attachant : « Quelques mois après le quasi ethnologique Comme un lion, la passion du football anime à son tour le jeune héros des Petits Princes. Pas de réalisme documentaire ici, mais une volonté assumée de suspense et de mélodrame – l’adolescent en question souffre d’une malformation cardiaque qui risque à tout moment de lui coûter la vie – pour un résultat habile, accrocheur et émouvant. Révélée en 2010 par Fracture, le superbe téléfilm d’Alain Tasma, la gueule d’ange de Paul Bartel laisse augurer une montée en première division. »

 

Les Petits Princes sera diffusé ce soir à 20h55 sur France 4