DR

D’après le site Stratégies.fr, le CSA aurait verbalement rappelé à l’ordre BFM TV et RMC suie à la diffusion d’un sondage portant sur l’éventualité d’un complot expliquant l’affaire DSK.

D’après le site Stratégies.fr, le CSA aurait verbalement rappelé à l’ordre BFM TV et RMC suie à la diffusion d’un sondage portant sur l’éventualité d’un complot expliquant l’affaire DSK.Après TF1, c’est une deuxième chaîne du paysage audiovisuel français qui se fait rappeler à l’ordre par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel. Au tour cette fois-ci de BFM TV. D’après le site Stratégies.fr, la chaîne d’information de la TNT se serait fait taper sur les doigts après la diffusion à l’antenne d’un sondage portant sur l’affaire DSK, du nom de l’ancien président du FMI et ex-favori à la présidentielle de 2012 qui est actuellement en pleine procédure judiciaire aux Etats-Unis pour agression sexuelle sur une femme de chambre. Cette consultation, réalisée par l’institut d’études CSA et diffusée le 16 mai sur l’antenne de la chaîne montrait qu’une grande partie des Français pensait que toute cette affaire était l’œuvre d’un complot dont Dominique Strauss Kahn était la principale victime.Un sondage, certes parlant sur l’impact et la perception qu’ont les citoyens français de cette affaire, mais qui ne serait pas légal. Le site précise en effet que la loi Guigou entrée en vigueur en l’an 2000 interdit de réaliser des sondages sur la culpabilité ou non d’un accusé au motif que ces enquêtes portent atteinte à la présomption d’innocence qui régit la justice française.Une faute donc pour BFM TV qui n’est pas passée inaperçue auprès du CSA.