DR

On connaît enfin le dénouement dans l'affaire qui oppose CanalSat à BFM TV. La chaîne d'info déplorait les usagers de CanalSat, lorsqu'ils allument leur décodeur, tombent par défaut et de manière automatique sur la chaine I-Télé. Aujourd'hui, on apprend que le Conseil d'Etat demande à CanalSat d'attribuer à BFM TV une place non discriminatoire au sein de son bloc de chaînes info.

On connaît enfin le dénouement dans l'affaire qui oppose CanalSat à BFM TV. La chaîne d'info déplorait les usagers de CanalSat, lorsqu'ils allument leur décodeur, tombent par défaut et de manière automatique sur la chaine I-Télé. Aujourd'hui, on apprend que le Conseil d'Etat demande à CanalSat d'attribuer à BFM TV une place non discriminatoire au sein de son bloc de chaînes info.Que de rebondissements dans l'affaire qui oppose CanalSat à BFM TV. Alain Weill , patron du groupe NextRadioTV (dont RMC, BFM Radio et BFM TV) et Guillaume Dubois , Directeur Général de BFM TV se sont exprimés sur ce qu'ils considèrent comme une nouvelle forme de manipulation de l'audience.Depuis le mois d'octobre, les abonnés à CanalSat sont automatiquement dirigés vers la chaîne d'information I-Télé lorsqu'ils allument leur décodeur.Cette manipulation fait, par conséquent, de tout téléspectateur de CanalSat, un téléspectateur d'I-Télé car il suffit de rester dix secondes sur une chaîne pour être comptabilisé par Médiamétrie.BFM TV avait également envoyé une requête au CSA pour modifier sa numérotation. Accessible sur le canal 15 sur la TNT et 44 sur CanalSat, BFM demande à ne porter que le numéro 15 afin de s'assurer une meilleure mémorisation et accessibilité.Indigné, Alain Weill avait saisi la justice pour venir à bout de ces discriminations. Dans un arrêt rendu ce vendredi 10 juillet, le Conseil d'Etat demande à CanalSat d'attribuer à BFM TV une place non discriminatoire au sein de son bloc de chaînes info.Pour Alain Weill, président de BFM TV : "C'est une décision majeure pour BFM TV et pour le pluralisme de l'information. Le Conseil d'Etat a reconnu qu'un groupe ne pouvait se servir de son statut de distributeur pour favoriser l'une des chaînes qu'il édite. La concurrence entre des chaînes qui se respectent est nécessaire, mais elle doit être saine et loyale."