DR

Ce jeu divertissant, imaginé en Suède, a conquis cinquante pays. La reporter de Télé 7 jours en a fait l’expérience : le stress qui s’installe sur le plateau corse les épreuves que l’on croyait simplissimes.

"Le défi commence dans 3, 2, 1… " Une corne de brume retentit. Le plateau obscur s’éclaire brusquement. Juste en face de moi, trois corbeilles renversées sur le sol et bien alignées, distantes l’une l’autre d’une trentaine de centimètres. Toutes sont surmontées d’une assiette. En bout de file, un  aquarium rempli ras-bord d’eau… Mon but : faire rebondir une balle de ping-pong sur chacune de ces trois assiettes sans toucher le sol pour qu’elle finisse sa course dans le bocal. Le tout en une minute. Facile… Vraiment ?Je m’agenouille et lance ma première balle. Après un rebond réussi sur la première assiette, elle retombe lamentablement par terre. La suivante atteint la deuxième assiette mais part sur le côté. Je jure intérieurement. Ce matin, à l’entraînement, j’y arrivais sans problème ! Après quelques essais infructueux, je réussis tout de même à en placer une dans l’aquarium. Mon moral remonte, mais pas pour longtemps, car la terrible corne de brume me signifie la fin du temps… et mon échec au jeu du Triple Saut. Candidat suivant !Dans ce studio de la Plaine Saint-Denis, M6 présente à la presse sa nouvelle émission. 60 secondes chrono est l’adaptation d’un jeu suédois, Minute to win it, vendu l’an dernier dans plus de 50 pays. Le principe est simple : cinq membres de la même famille participent à une série de 10 épreuves pouvant leur permettre de remporter jusqu’à 100 000 euros. Ces défis, à réaliser en 60 secondes chrono, requièrent adresse, concentration ou force physique. Certains de mes collègues ont dû vider une boîte de mouchoirs avec une seule main ou bien réaliser une pyramide avec 36 gobelets en plastique.A chaque épreuve remportée, les candidats ont le choix entre partir avec la somme gagnée ou bien de tout remettre en jeu. Originalité du jeu : les familles peuvent se préparer au défi. En effet, quinze jours avant l’enregistrement, la production leur a communiqué 18 épreuves, parmi lesquels seront tirées au sort les 10 qu’ils auront à effectuer. "Les candidats pensent que c’est un avantage, explique Alex Goude, animateur du jeu. Mais si vous y arrivez sans problème à la maison, sur le plateau, tout est différent. Le public et les caméras, le stress et le jeu de lumière, sont autant d’éléments qui changent complètement la donne." Ce qui expliquerait donc ma lamentable performance… et le fait que je n’empocherai pas les 100 000 euros.Retrouvez 60 secondes chrono ce soir en prime time sur M6Anne-Charlotte Bonnet du magazine Télé 7 jours