Révélation cannoise, Tout sur ma mère est une réussite émouvante et drôle

Tout sur ma mère

Arte consacre la soirée d'ouverture du festival de Cannes 2017 au président Pedro Almodovar.

Le 70e festival de Cannes démarre aujourd'hui, et juste après la cérémonie d'ouverture animée par Monica Bellucci, Arte programme une soirée spéciale dédiée au président du jury Pedro Almodovar. Elle commencera par la diffusion de Tout sur ma mère, le film qui lui a valu le Prix de la mise en scène en 1999 sur la Croisette. Une déclaration d'amour aux femmes et à ses actrices fétiches (Cecilia RothMarisa ParedesPénelope Cruz et Antonia San Juan), qui sera justement suivie d'un documentaire sur la question intitulé Pedro Almodovar, tout sur ses femmes (également sur Arte +7 toute la semaine).

Pedro Almodovar : "Je pourrais survivre sans la Palme d'Or"

Notre critique : "Que reste-t-il dans une vie quand l'enfant unique, cristallisation d'une vie, meurt accidentellement, au seuil du passage à l'âge adulte ?
Pour le savoir, l'héroïne du dernier Almodovar, transporte son chagrin de Madrid à Barcelone afin de retrouver les fantômes du passé, amis et mari d'une vie antérieure. Esteban, le fils, voulait avoir un père et devenir écrivain. Sa mère, Manuela, s'engage dans cette double quête, généalogique et esthétique, dans un monde démasculinisé, où les hommes ne peuvent être que des travestis, des vieux précoces atteints d'alzheimer ou des psychopathes consommateurs de plaisirs prostitués. Le film s'appuie sur des références récurrentes à la pièce de Tennessee Williams Un tramway nommé désir. Pas de doutes : à moins de mourir jeunes ou de changer de nature (devenir femme, redevenir un enfant), tous les hommes sont des salauds.Dans un Barcelone ambiguë, tantôt petit-bourgeois, tantôt bidonville underground pour camés destroy, le scénario du film restitue les enchaînements implacables, toujours logiques et parfaitement chronométrés de nos vies. Contre cet engrenage qu'il faut bien faire mine d'oublier, la richesse et l'impact comique des dialogues offrent un contraste saisissant, à l'image de notre schizophrénie quotidienne. Manuela l'infirmière se réfugie dans le divertissement existentiel et se met au service d'autres femmes pour occulter sa blessure. Elle accède ainsi à une nouvelle vie pour devenir cette " mère universelle " que Brassens célèbre dans la Jeanne.Révélation cannoise, Tout sur ma mère est une réussite émouvante et drôle. Cecilia Roth (Manuela), Marisa Paredes (Huma Rojo), Pénelope Cruz (Rosa) et Antonia San Juan (Agrado) forment un quatuor étonnant et très attachant. Quatre figures de femme pour quatre destins hors du commun. En mettant en commun leurs malheurs, elles recomposent une humanité généreuse et responsable."

Le top 20 des meilleurs films snobés au Festival de Cannes

Commentaires

Prochainement au Cinéma

A voir ailleurs sur le web

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Les Fiancés
Octobre
Demain et tous les Autres Jours