Pourquoi L’espion qui m’aimait est l'un des meilleurs James Bond

L'espion qui m'aimait

Roger Moore revient ce soir sur France 4.

James Bond revient ce soir sur le petit écran. France 4 proposera à 21h un épisode culte avec Roger Moore. Lors de la sortie de 007 Spectre, Première avait classé les films de la saga du pire au meilleur, et L'espion qui m'aimait figurait dans le top 10. C'était même notre préféré porté par cet acteur. En voici les raisons :

Où étiez-vous en 1977 ? Après trois ans de réflexion, Albert Broccoli relance la saga avec un best of de tous les épisodes précédents, remake à peine déguisé (et signé du même réalisateur) d’On ne vit que deux fois. Miracle, malgré les coutures studio/décors réels très voyantes, tout tient debout : Moore parvient à éclipser le fantôme de Sean Connery, entre moments impitoyables (l’homme de main jeté du toit d’un revers de cravate, l’exécution de Stromberg) et jeux de mots vaseux lâchés avec classe ("Quand on est en Égypte, il faut savoir se plonger dans ses trésors", à voir pour le croire). Barbara Bach, future madame Ringo Starr, est à croquer en agent secret russe en quête de vengeance ; l’assassin aux dents de fer Jaws (Richard Kiel) devient instantanément une icône de la pop culture et Lewis Gilbert se permet de citer Lawrence d’Arabie. Mieux, en panne d’inspiration pour éclairer le décor final, le chef décorateur Ken Adam fait appel à Stanley Kubrick, pas moins, pour l’aider. Résultat, les lumières du climax brillent (forcément) de l’ambiance froide et stylée du maître. Et puis il y a LA scène pré-générique où Bond, pourchassé en ski par des agents russes, plonge dans le vide et déploie un parachute décoré de l’Union Jack. Jamais, dans les cinémas de toute l’Angleterre (et du monde entier), les hurlements de joie des spectateurs n’auront été aussi forts qu’à cet instant-là.

James Bond : tous les films classés du pire au meilleur

Bande-annonce de L'espion qui m'aimait :

 

A voir aussi

Prochainement au Cinéma

Ligatus

Les plus vues